Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 09:14

Le Conseil national s'est réuni hier après la défaite de dimanche aux élections européennes. David Revault D'Allonnes, journaliste au service politique de Libération, a répondu à vos questions.

Michelle. Ne pensez-vous pas que les socialistes aient eu une énorme déception hier, en voyant que rien ne s'est produit et que les noms indiqués pour «le conseil des sages» montrent que l'on n'a pas compris et que l'on reste dans une sclérose dévastatrice?
David Revault D'Alonnes. Il est certain que le plan de relance de Martine Aubry n'a pas suscité l'enthousiasme de ses camarades. Et que la création d'un conseil des sages n'est pas franchement de nature à lancer une «refondation» d'envergure. Une fois de plus, le parti socialiste se montre incapable de faire du passé table rase...

Camarade vitamine. Une refondation du PS est-elle, selon vous, plausible au vu du morcellement de la pensée. L'illusion groupale ne canalisant plus les divergences des courants, comment Aubry va-t-elle pouvoir s'imposer ? Un Parti peut-il être Socialiste sous l'autorité d'un chef ?
 Vous n'avez pas tort. Le parti socialiste était déjà, depuis des années, un syndicat d'écuries concurrentes, ce qui s'est passé depuis le congrès de Reims a accéléré le décomposition. L'autorité de Martine Aubry, six mois après son élection, ne tient plus qu'à un fil. Quant au débat sur le leadership et la présidentialisation du parti, il ne fait que commencer.

Socialo. Une collaboration entre Royal et Aubry est-elle envisageable?
Elle a déjà commencé. Du moins pour la façade. Depuis le meeting de Rezé, les deux femmes ont compris qu'elles avaient un intérêt commun à mettre en scène la fin de leur guérilla, même si cela n'est que provisoire. Martine Aubry a même rendu visite à Ségolène Royal hier, ce qui était impensable deux semaines plus tôt. Quant à leur collaboration pour la suite des opérations, il ne faut pas oublier qu'elles restent tout de même concurrentes...

Socialo. Martine Aubry a t-elle pris position sur les primaires hier soir?
Non, pas encore. Mais elle a pris la mesure de la demande, voire de la pression, qui s'exerce de tous côtés pour mettre en place ces primaires. Il lui sera difficile d'y résister.

Socialo. Un certain nombre de dirigeants ont été extrêmement déçus du discours de Martine Aubry hier soir, visiblement pas la hauteur des enjeux. Aubry est-elle vraiment à l'abris d'un renversement de majorité?
Il n'y aura vraisemblablement pas de putsch à court terme, mais la position de la première secrétaire est plus fragile que jamais.


Nila. Ségolène Royal peut-elle faire un retour en force ?

Royal est moins fragilisée que Martine Aubry, qui prend cette défaite européenne de plein fouet, Royal doit faire face à d'autres défis: reconstituer son réseau personnel, et ses soutiens qui l'ont en partie abandonnée depuis le congrès de Reims, et réexister sur au premier plan de la scène politique.

Oscar. Pensez-vous que ce qui vient de se passer n'est qu'une conséquence des insuffisances de la direction du PS ? Ne voyez-vous pas cela comme le résultat d'une transformation sociologique du parti. Il n'a jamais été un parti «populaire», mais aujourd'hui il est constitué de professionnels de la politique, qui ne pensent qu'à leur carrière. Cela va de Benoît Hamon à Davis Assouline en passant par Harlem Desir. Dans chaque section, de jeunes «pousses» trustent les commandes avec une légitimité usurpée. Il faut rendre le parti à ses militants et donner un coup de frein au carriérisme des attachés parlementaires, conseillers de cabinets et autres chargés de missions. Dans le privé, cela s'appelle un conflit d'intérêt. Dans la réalité, les intérêts particuliers de cette population ne coïncide pas avec l'intérêt général.
 Très bonne question. Au-delà des orientations de la direction actuelle, comme de la précédente, l'effet «parti d'élus» joue à plein. On peut aujourd'hui considérer l'appareil socialiste comme un groupement de professionnels de la politique, davantage tourné vers la poursuite de leurs carrières respectives qu'intéressé par le travail des idées, le rapport à la société, le projet et la relation aux militants.

Joseph. Le PS ne doit-il pas avant tout s'interroger sur les aspirations des classes populaires, qui ne votent plus pour lui, qui ont voté UMP en 2007 et qui ne savent plus pour qui voter aujourd'hui ?
 Il y a bien longtemps que le parti socialiste fait preuve d'un aveuglement coupable en ce qui concerne sa relation aux classes populaires. Et le vote de dimanche l'a une nouvelle fois démontré. Le problème est que les «bobos» l'ont également déserté aux européennes en choisissant Cohn-Bendit. Si l'on additionne les deux, cela commence à faire beaucoup...

Diadorim. N'avez-vous pas le sentiment, comme moi, que sept ans plus tard, les questions posées, cruellement, par l'échec en 2002, n'ont toujours pas été résolues ? (pour faire vite, l'inventaire des années Mitterrand, le renouvelement du parti, remise en cause du fonds idéologique) ?
 Effectivement, l'actuelle crise remonte au 21 avril. On peut considérer que la question du leadership en est l'élément majeur, puisqu'elle n'a toujours pas été tranchée. Mais c'est également le travail de fond qui a été totalement délaissé au profit des jeux d'appareil et de la compétition interne.

Zophie. Martine aubry peut-elle se distancier de Cambadélis et Bartolone alors qui l'ont placée à la tête du PS et qu'ils sont responsables de la campagne européenne? Cambadélis ne semble pas du tout mis en cause, c'est incroyable...
Soso17. Quelle peut-être la stratégie de Ségolène Royal dans la «recomposition» du PS pour s'assurer de sa «désignation» comme candidate à l'élection présidentielle?

 Martine Aubry est effectivement tenue par ceux qui l'ont placée là où elle est aujourd'hui. D'où, par exemple, l'absence totale de remise en cause de Cambadélis, directeur de la campagne. On peut donc s'interroger sur sa réelle capacité de mouvement. Quant à Ségolène Royal, elle mise évidemment sur les régionales pour se refaire une santé électorale et politique. Par ailleurs, elle travaille sur ce qui lui a manqué pendant la présidentielle, le «fond» au travers de ses universités participatives.

Louphoque. Ne croyez-vous pas qu'à trop parler du PS «malade» vous ne précipitiez sa perte, un peu comme si au chevet d'un malade on lui disait qu'il n'allait pas bien du tout? ensuite c'est faire le jeu de l'UMP alors les journalistes sont-ils tous pro-UMP? enfin je pense qu'il y a des sujets sociaux bien plus graves....
 Il me semble difficile, d'un point de vue journalistique, de parler d'un PS en bonne santé... Ce serait tromper légèrement le lecteur sur la marchandise! Et il ne me semble pas que décrire la réalité socialiste avec lucidité aille forcément de pair avec une appartenance à l'UMP...

Manuberman. Pourquoi aucun dirigeant socialiste n'ose «sortir du bois», un peu comme Jospin en 1995? N'y a-t-il vraiment personne de charismatique et ambitieux au PS?
J'ai plutôt l'impression qu'ils sont un peu trop nombreux justement à sortir du bois! Le problème est d'en trouver un, ou une, qui ait la légitimité suffisante, aux yeux des autres, pour pouvoir aller jusqu'au bout. Et aujourd'hui, personne ne peut y prétendre.

Soso17. Un appareil de parti totalement déconnecté des réalités militantes, un corps d'élus uniquement préoccupé par «leurs carrières», des égos sur-dimensionnés... Est-ce que tout cela ne risque pas de faire «exploser» le parti?
Justement, le parti a tout de même une fonction importante: assurer la réélection des professionnels socialistes du suffrage universel, et donc leur salaire, ainsi que ceux de leurs collaborateurs. Ce qui fait pas mal de monde. On peut donc considérer que l'appareil a encore quelques beaux jours devant lui...

Pour Désirs d'Avenir Lacanau: nous dirions pas de commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by La boulange - dans Désirs d'Avenir Lacanau
commenter cet article

commentaires