Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 08:38


Nicolas Sarkozy refait l'hommage, comme l'an dernier, à l'appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle. Le président était un peu contrarié, cette semaine est symboliquement déjà ratée: funérailles bousculées d'Omar Bongo, train de vie critiqué, nomination douteuse, mutation contestée. les symboles ont la vie dure en Sarkofrance.

Le 18 juin, Nicolas Sarkozy s'est donc montré au Mont Valérien. Que le responsable des rafles de sans-papiers et d'une casse sociale sans précédent célèbre le chef du Conseil National de la Résistance ne choque plus grand monde en Sarkofrance.

Sarkozy flingue un préfet... encore ?
Nicolas Sarkozy aurait fait une nouvelle victime dans la Préfectorale : Jacques Laisné, préfet du Var, aurait été muté par un décret signé par Nicolas Sarkozy, sans raison apparente, selon le site Internet «Mediapart».
En août 2008, Nicolas Sarkozy s'était invité à une AG des copropriétaires du cap Nègre (Var) pour appuyer la position de sa belle-famille, les Bruni-Tedeschi, lesquels possèdent une splendide résidence dans cette commune du Lavandou. Requis par le président pour s'occuper de cette affaire du plus haut intérêt, le préfet du Var avait soutenu mordicus l'intervention des Bruni-Sarkozy. Mais, un an plus tard, ce dossier de tout-à-l'égout n'est toujours pas réglé. Et le préfet en question, Jacques Laisné, vient d'être muté par un décret signé Nicolas Sarkozy. Sans autre raison apparente et sans nouvelle affectation... (source Mediapart)
Train de vie somptuaire à l'Elysée... encore ?
Le persévérant député apparenté socialiste René Dosière a encore publié une analyse des frais de l'Elysée : +18,5% en 2008 par rapport à l'année précédente, 7 fois plus que la progression du budget de l'Etat ! Le député pointe ainsi que les frais de déplacement ont progressé de 26% : Nicolas Sarkozy a voyagé, avec sa troupe et aux frais de l'Etat, pour plus de 100 millions de francs (16 millions d'euros). Et encore, ces frais sont notoirement sous-évalués: les refacturations des moyens de l’ETEC ne correspondent pas aux coûts réels; les frais supportés par les ministères n'est pas explicitées; l'Elysée ne cherche pas l'économie. Le député pointe, à titre d'exemple, l'aller et retour en Chine pour l'inauguration des JO de Pékin, le 8  août dernier :

Côté salaire présidentiel, le rapport confirme ce que l'on savait déjà : 101.125 euros en 2006 (Chirac); 130.638 en 2007 (+29%) ;  295.000 euros en 2008(+125%). Côté surprise, le futur Airbus A330 "Air France One" acheté pour les besoins présidentiels ... ne figure pas au budget de l'Elysée ! Autre interrogation, le chef de l'Etat se fait prêter 11 fonctionnaires de la Poste et 29 de France Télécom !

Jeudi, Nicolas Sarkozy a reçu le soutien, imprévisible, d'un député socialiste du Lot. Jean Launay - c'est son nom - a critiqué certains arguments de son collègue Dosière. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, s'est jeté avec raison sur l'occasion. La principale critique du député Launay porte sur le dérapage des frais de l'Elysée : Dosière se serait trompé. ce dernier a accusé Nicolas Sarkozy d'avoir dépassé de 3 millions d'euros le budget alloué pour l'exercice. Or, d'après Launay, l'Elysée a bénéficié de 3 millions de recettes "imprévues". Le compte serait bon. Manque de chance pour le député Launay, ces "recettes" sont ... indues : il s'agit de remboursement de frais de crèches (?), de remboursement des charges d’occupation par les attributaires de logements de fonction, de remboursement des plateaux-repas et cartes de vœux, de remboursement des dépenses avancées dans le cadre de la Présidence de l’Union européenne, et d'écritures comptables. Question : connaissez-vous beaucoup d'entreprises où l'on peut dépenser aussi sec des "revenus" imprévus ?

Nommer un proche ... encore ?
Un  conseiller de l'Elysée a discrètement rejoint la Poste. Après la nomination contestée de François Pérol, l'ex-conseiller économique de Nicolas Sarkozy devenu président des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne au début de l'année, puis celle de Stéphane Richard, ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde, à France Télécom, voici une nomination qui devrait faire tâche : Bernard Delpit, conseiller économique à l'Elysée, devient donc directeur financier de la Poste, en remplacement de Nicolas Duhamel. Hasard du calendrier (ou pas), la privatisation partielle de l'établissement revient à l'ordre du jour. Le Conseil des Ministres du 27 juillet prochain devrait avaliser le changement de statut de la Poste : elle deviendra bientôt une société anonyme à capitaux publics début 2010. le projet avait été annoncée l'année dernière, quelques semaines avant le krach boursier. Luc Chatel, porte-parole du gouvernement a annoncé mardi 16 juin que "L'objectif est que ce texte soit adopté avant la fin de cette année de manière à ce que le changement de statut de La Poste puisse s'opérer dès le 1er janvier 2010". Une augmentation de capital, souscrite par l'Etat et la Caisse des dépôts pour 2,7 milliards d'euros, suivra l'opération. Bizarrement, Luc Chatel a resservi les mêmes arguments utilisés par Nicolas Sarkozy, en son temps, pour justifier l'ouverture du capital de ... GDF : La Poste "reste une entreprise publique, détenue à 100 % par des acteurs publics" (on parlait de 70% pour GDF). Ce sera donc un proche du chef de l'Etat, son conseiller économique, qui chapeautera de l'intérieur l'opération.


Ami Sarkozyste, où es-tu ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires