Charles Millon confirme aujourd'hui avoir effectivement bloqué, sur la demande de Jacques Chirac, les commissions ayant eu vocation à être reversées en France sous forme de rétrocommissions.

La presse fait un travail remarquable sur cette affaire de rétrocommisions pakistanaises. L'information avance correctement et méthodiquement. La position de Nicolas Sarkozy, de vendredi dernier,  est désormais intenable, il avait jugé alors cette thèse grotesque. Or, à ce jour tous les éléments glanés ici et par la presse concordent et accréditent encore davantage la thèse de Mediapart.

La pression monte à l'Elysée, et toujours pas une trace d'une réponse ou d'une initiative politique allant dans le sens de la vérité sur ce dossier brûlant.

A suivre...ou étouffement?