Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 14:27
BLANQUEFORT, CONSEIL MUNICIPAL. Alors que le chef de file Marc François démissionne, rien ne va plus dans son groupe entre MoDem et UMP

L'opposition se fissure Plus de marges pour investir


La divergence entre Jean-Christophe Guillaume (UMP) et Joan Taris (MoDem), sur la politique du gouvernement a mis le feu aux poudres. (PHOTO ARCHIVES L. B. et a. s. h. k./« sud ouest »)
La divergence entre Jean-Christophe Guillaume (UMP) et Joan Taris (MoDem), sur la politique du gouvernement a mis le feu aux poudres. (PHOTO ARCHIVES L. B. et a. s. h. k./« sud ouest »)

La divergence entre Jean-Christophe Guillaume (UMP) et Joan Taris (MoDem), sur la politique du gouvernement a mis le feu aux poudres. (PHOTO ARCHIVES L. B. et a. s. h. k./« sud ouest »)
La divergence entre Jean-Christophe Guillaume (UMP) et Joan Taris (MoDem), sur la politique du gouvernement a mis le feu aux poudres. (PHOTO ARCHIVES L. B. et a. s. h. k./« sud ouest »)

Le chef de file de l'opposition municipale qui démissionne. Une de ses colistières aussi. Deux élus MoDem du même groupe, dont Joan Taris président départemental, qui quittent précipitamment la salle du Conseil municipal. Que de rebondissements lundi soir à la fin de la dernière séance avant les vacances d'été.

Si les démissions de Marc François (NDR Directeur général des services municipaux de Lacanau) et Raphaële Sartoulet étaient programmées, la scission entre le MoDem et l'UMP au sein de l'opposition, elle, a plutôt provoqué l'étonnement de la majorité socialiste.

La motion qui fâche

En début de Conseil, une motion de dernière minute est distribuée aux élus. Ils sont invités à se prononcer contre la fermeture d'une classe au collège Dupaty, décidée il y a huit jours par l'Inspection d'académie (lire « Sud-Ouest » du samedi 27 juin).

Le dernier paragraphe dénonce « une politique au rabais et les attaques en règle contre le service public de l'Éducation » du gouvernement. Ces propos déplaisent à Marc François et Jean-Christophe Guillaume qui refusent de voter la motion en l'état. « Il faut assumer ses actes », répond le maire Vincent Feltesse. Les échanges se musclent entre majorité et opposition.

Joan Taris propose de retirer le dernier paragraphe de la motion pour qu'elle soit adoptée à l'unanimité. « Il faut réformer, dit-il. Mais le gouvernement serait plus légitime s'il n'avait pas offert ce bouclier fiscal. » La phrase fait sortir de ses gonds le délégué UMP de la cinquième circonscription, Jean-Christophe Guillaume. « Après ce que j'entends, vous êtes un membre de moins dans notre groupe. Je vous considère dans la majorité », lui lance-t-il.

Joan Taris et Sylvie Girard ramassent leurs dossiers et quittent la salle sans voter la motion, qui est adoptée sans les voix des quatre autres membres de l'opposition.

Pas de réconciliation après la fin du Conseil. La petite phrase de Jean-Christophe Guillaume - qui va prendre les rennes de l'opposition municipale à partir de la rentrée - n'était pas un coup de colère.

Appel au calme

« C'est lui qui a tiré le premier. Il y a des propos que je ne peux pas laisser dire et laisser faire », confiait-il hier. Marc François et Nathalie Gauthier l'ont contacté hier pour se rapprocher de Joan Taris. Les deux hommes doivent se rencontrer la semaine prochaine. « Nous aurons une discussion franche et cordiale », indique Jean-Christophe Guillaume.

Drôle de sortie de scène, en tout cas pour Marc François qui, après vingt ans de mandat dans la majorité puis dans l'opposition, dit avoir voulu quitter la scène politique blanquefortaise, « par lassitude du fonctionnement du Conseil municipal ».

Jean-Louis Albentosa, responsable d'un centre de formation à Bordeaux-Lac et de tendance MoDem, et Michel Baumet, assistant parlementaire du sénateur UMP Gérard César, prendront la place de Marc François et Rapahële Sartoulet. Deux entrées qui marquent certainement une nouvelle ère pour l'opposition municipale. Elle restait plutôt concentrée sur les problématiques locales. Les propos musclés de Jean-Christophe Guillaume, lundi soir, à l'égard de son colistier Joan Taris montre qu'elle pourrait devenir bien plus politique voire politicienne. Déjà en vue de 2014 ?

L'année 2008 a réservé plutôt une bonne surprise. La ville finit cet exercice avec un excédent d'un peu plus de 1,6 million d'euros. « Les dépenses de fonctionnement ont progressé moins vite que les recettes, explique le premier adjoint Olivier Edant. Une tendance que la ville n'avait pas connue depuis plusieurs années. Elle s'explique à la fois par une augmentation des produits fiscaux et une aide plutôt généreuse de la Caisse d'allocations familiales. Des chiffres positifs que l'opposition prend avec prudence et ne considère pas comme une tendance structurelle, mais plutôt temporaire. Elle vote contre le compte administratif. Cela nous permet de reconstituer nos marges de manoeuvre », insiste le premier adjoint. De quoi donner un peu d'air à la municipalité.

Elle vient d'engager une vaste étude pour transformer La Vacherie, une propriété agricole qu'elle a achetée l'an dernier à côté du parc Majolan. Le maire souhaite en faire un lieu à la fois social et culturel, à l'image du Garage moderne à Bordeaux. Sur ce site, ce seront les nouvelles pratiques de consommation qui seront mises en avant comme les Amap (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne), les jardins familiaux et le maraîchage. Le projet a été confié au cabinet de Patrick Bouchain, qui a déjà réalisé la piscine de Bègles.

La ville va également piloter une étude pour créer une plateforme viticole à la fois tournée autour de la promotion et la formation en partenariat avec le lycée agricole. Elle va aussi acquérir 635 m² de locaux qui hébergent aujourd'hui l'ABC, la police municipale et le service médiation de la ville. Montant de la transaction versée à la Semi (Société d'économie mixte) actuelle propriétaire : 690 000 euros. Plusieurs séries de travaux sont enfin programmées sur les bâtiments communaux.

Auteur : LAURIE BOSDECHER
l.bosdecher@sudouest.com


DA Lacanau: Mon Dieu , Mon Dieu , Vincent Feltesse n'en espèrerait pas autant.. C'est beau  l'union à droite ...

Partager cet article

Repost 0
Published by La boulange - dans Médoc-Gironde
commenter cet article

commentaires