Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 05:51

 

« C’est peut-être que je suis mal réveillé, mais je trouve cette interview assez bonne, moi. Et je crois pouvoir lire tout ce que vous auriez dit s’il avait dit "non, non, je ne fais jamais d’erreur", etc. En l’espèce, je ne vois pas ce qu’on peut lui reprocher (hors mauvaise fois de principe, je veux dire). » Tel est le commentaire fait par l’illustre Didier Goux suite à mon billet de ce matin !

Non, non et non.

Je ne suis pas d’accord avec la politique de Nicolas Sarkozy : c’est normal. Il est de droite, pas moi. Quand il fait le bouclier fiscal : je ne suis pas d’accord et je le dis. Il s’agit bien évidemment d’une erreur, à mon sens, de la part de Nicolas Sarkozy. Mais, c’est son idéologie qui est faite comme ça. Je ne lui reproche pas d’appliquer son programme… ce qui ne m’empêche pas d’être en désaccord.

Je pense que, dans son interview au Nouvel Observateur, Nicolas Sarkozy ne parlait pas de ses choix politiques.

Dans l’interview, l’épisode du Fouquet’s est évoqué. C’est pourtant anecdotique. Si, un jour, je deviens président de la République, il n’est pas improbable que j’aille faire la nouba avec mes potes aussi. On trouvera bien des cons pour me reprocher de faire sa dans une brasserie en banlieue Parisienne et pas dans un établissement sélect de la capital !

Sans vouloir traduire le discours de Nicolas Sarkozy, je pense qu’il fait référence à la succession d’erreurs… Du Fouquet’s en question à la visite de Kadhafi en passant par l’annonce de ses fiançailles avec Carla Bruni à Eurodisney… Chaque événement en lui-même est critiquable et défendable. Nous autres, blogueurs gauchistes, prenons un malin plaisir à les critiquer.

Il n’empêche qu’il les cumule.

Une de ses erreurs est d’avoir continué à faire campagne à faire de la communication après les législatives, il y a deux ans. Continuer sur le « travailler plus pour gagner plus  » et autres « Grenelle de l’environnement » a été une erreur. Faire croire qu’en s’agitant les problèmes allaient être régler n’allait pas régler les problèmes.

Je ne sais pas si les Français s’en souviendront en 2012. Nicolas Sarkozy est un excellent communiquant. On verra. On espère.

Dans ces erreurs, il y a une dénaturation de la fonction du Président de la République. Je ne sais pas si c’est regrettable ou pas : ce n’est pas l’objet du débat. Mais, avec Nicolas Sarkozy, le président de la République est devenu une sorte de super Premier Ministre. Il n’y a plus personne au dessus du Premier Ministre, quelqu’un qui nous ferait croire qu’il a une vision d’avenir, quelqu’un qui nous rassure, …

Récemment, il a fait son discours devant le Parlement, enfonçant le clou de la transformation de la fonction Présidentielle.

Dix jours après, il nous fait croire qu’il reconnaît ses erreurs. C’est bien la preuve que non.

Ce que j’espère, maintenant, c’est que les dégâts ne seront pas irréparables. Faire croire aux gens que, en travaillant plus, ça ira mieux ou que, en faisant un Grenelle, on va sauver la planète peut être lourd de conséquences : fusiller l’espoir de la politique et de la démocratie.

betapolitique

Partager cet article

Repost 0

commentaires