Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 06:41

 

 

Un "mégacamion", mesurant plus de 25 mètres et pesant jusqu’à 60 tonnes (DR).

Des camions mesurant plus de 25 mètres et pesant jusqu'à 60 tonnes, seront probablement bientôt en circulation sur nos routes, si le gouvernement ne fait pas rapidement marche arrière. D'après nos sources, un décret est dans les tuyaux.

Tout semble avoir été décidé entre quelques fervents partisans de ces engins et les services du ministère. Depuis l'annonce faite en avril dernier par Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports, France Nature Environnement s'est mobilisée. Cette fois, un sondage réalisé pour l'association est sans appel : les Français disent non à une écrasante majorité.

Pourquoi ces engins ont-ils autant la côte dans les couloirs du ministère ?

Dangereux, coûteux et incompatibles avec tous les engagements pris lors du Grenelle de l'Environnement en matière de transports, ces camions n'ont rien pour plaire… sauf à ceux à qui ils profitent. Mais qui sont-ils ?

La majorité des transporteurs routiers est peu concernée. Mais c'est bel et bien une poignée d'industriels qui l'est.

Leur nom : le « Club 25.25 » (se référant à la longueur des camions : 25,25 mètres). Parmi ses membres : Michelin, Renault Trucks, la Fédération française de la carrosserie.

La législation n'étant, en l'état actuel, pas compatible avec la circulation des « mégacamions », un lobbying pugnace est en cours depuis plusieurs mois. Objectif : obtenir les dérogations nécessaires à la mise sur le marché de ces nouveaux engins, 30% plus longs que les poids lourds actuels.

Des discussions sont en cours depuis plusieurs semaines entre les membres de ce club et le ministère. Les associations de protection de l'environnement n'y ont pas droit de cité.Seule, France Nature Environnement a été l'invitée de dernière minute d'un comité de pilotage -censé se réunir le 21 juillet- alors que tout le dispositif est prévu clés en mains dans un projet de décret, encore dans les tiroirs du ministre.

D'après le sondage CSA réalisé pour France Nature Environnement auprès de 1012 personnes, 81% des Français sont défavorables à la circulation en France et en Europe de camions de plus de 25 mètres. Et 79% sont inquiets pour la sécurité routière si de tels engins circulaient. Ces résultats ne présentent qu'une option au ministère : changer sa décision et investir ailleurs que pour le mode routier.

Les « mégacamions » sont dangereux pour nos routes. Plus longs, plus lourds, ils augmentent les risques d'accidents mortels. Il n'est qu'à imaginer un Boeing 737 circulant sur nos routes ! Mesurant seulement quelques mètres de plus qu'un mégacamion, la comparaison n'est pas farfelue. Les camions actuels sont, qui plus est, déjà responsables de deux fois plus de décès que les voitures. Ils coûtent chers et ne sont en rien adaptés à nos infrastructures routières.

Il va falloir payer pour permettre à ces 25 mètres de ferraille de circuler : aménager les infrastructures, et envisager le coût des dommages occasionés par leur circulation. Les Français doivent-ils payer pour voir circuler des camions dont ils ne veulent pas ? Les ressources publiques sont rares, utilisons-les vers d'autres modes de transports, moins polluants.

Car les « mégacamions » sont polluants. A force de, sans cesse, permettre à certains transporteurs routiers de diminuer leurs coûts, la route devient toujours moins chère. Les différents modes de transport, tel que le rail (moins polluant) sont loin d'être sur le même pied d'égalité. Les mégacamions, c'est donc toujours plus de camions sur les routes et toujours plus de CO2 dans l'atmosphère.

L'Europe nous regarde, ne donnons pas de mauvaises idées à la Commission

En matière de transports, nul besoin de rappeler l'importance d'avoir toujours un œil rivé sur Bruxelles.

Politique communautaire par excellence, tout ce qui concerne le poids et la longueur des véhicules se décide au niveau des institutions européennes. Cette directive doit être révisée dans quelques mois. La Commission européenne a déjà commencé les premières études d'impacts.

En Suède, en Finlande, au Danemark, aux Pays-Bas, où ils sont autorisés, et probablement en Belgique ainsi qu » en Allemagne, les mégacamions français sont loin de laisser nos autres voisins européens indifférents. Si bien qu'une telle mise en circulation (fût-elle sur un tronçon routier d'une centaine de kilomètres) rangerait automatiquement la France dans la coalition européenne « pro-mégacamions ».

Le ministère aime jouer avec les mots à ce sujet. « Expérimentations », « tests », auraient pour simple objectif de disposer d'éléments techniques d'évaluation.

Rien à voir avec l'Europe ? L'irréversibilité d'une telle mise en circulation est pourtant totale. En pleine crise économique, quelle pertinence à investir à ce point pour aider quelques industriels à vendre leurs engins ?

La Commission européenne souhaite autoriser leur circulation à travers toute l'Europe. La France, important pays de transit, verrait alors des mégacamions traverser ses frontières sans rien pouvoir y faire. Et plus besoin de savoir à quels endroits avait été permise une « expérimentation ». Les mégacamions suédois, finlandais, danois, circuleraient en toute liberté.

Photo : un « mégacamion », mesurant plus de 25 mètres et pesant jusqu'à 60 tonnes (DR).


Partager cet article

Repost 0
Published by La boulange - dans Articles de journaux
commenter cet article

commentaires