Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

10 juillet 2009 5 10 /07 /juillet /2009 05:12



Haro sur le secret-défense. Nicolas Sarkozy a annoncé mardi que la France lèvera le secret-défense sur tous les documents demandés par la justice française dans le dossier de l'assassinat des moines de Tibéhirine. Il suffisait donc de le demander... Et pour les affaires des frégates de Taïwan ou de l'attentat de Karachi ?

Secret défense dans l'affaire des moines de Tibéhirine

En France, la levée du secret-défense est soumise à la Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN), une autorité administrative indépendante que l'Etat doit saisir pour avis consultatif. Ensuite, le ministère de la Défense prend seul la décision de déclassifier ou non les documents. C'est donc le gouvernement qui décide.

"La vérité", si je mens...

Suite à la révélation (un peu réchauffée) du témoignage pour le moins gênant d'un général de l'armée française, qui estime que l'assassinat des moines de Tibéhirine est du à une bavure de l'armée algérienne, l'affaire prend une tournure politique. "Je vous dis une chose, je veux la vérité. Les relations entre les grands pays, elles s'établissent sur la vérité et non pas sur le mensonge", a déclaré Nicolas Sarkozy, mardi. "Ce sont des faits qui remontent à 1996. La justice est saisie, la justice doit avoir tous les documents", a-t-il ajouté.

Quid de l'attentat de Karachi ou des frégates de Taïwan ? 

A croire que, dorénavant, le secret-défense ne doit plus se dresser devant la justice ? Logiquement, l'Etat devrait donc prochainement déclassifier les documents dont les tampons "ultra-secret" ont annihilé toute tentative d'enquête judiciaire sur les malversations liées aux obscurs contrats des frégates de Taïwan. On se prend aussi à rêver que le ministère de la Défense publie incessamment sous peu les documents enfouis de l'affaire de l'attentat de Karachi, que les juges anti-terroristes réclament à corps et à cris...

"On croit que les rêves, c'est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c'est que c'est fait pour être rêvé" disait Coluche en son temps. 

Spéciale dédicace...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Partager cet article

Repost 0
Published by La boulange - dans Articles de journaux
commenter cet article

commentaires