Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 05:52



Humanitaires et journalistes sont dans la même galère. Partout dans le monde, on utilise leur fonction comme "couverture" à des opérations sécuritaires. Dernier exemple en date, mardi 14 juillet : deux agents de la DGSE en mission officielle en Somalie se faisant passer pour des journalistes ont été enlevés par des hommes armés.

Deux agents français de la DGSE enlevés en Somalie se sont fait passer pour des journalistes

Mardi, le Quai d'Orsay a reconnu que "deux conseillers français en mission officielle d'assistance auprès du gouvernement somalien ont été enlevés ce matin à Mogadiscio par des hommes armés". Mais les services de Bernard Kouchner n'ont fourni aucun autre détail sur leur identité et leurs objectifs. Le blog "Secret Défense", toujours bien renseigné, indique que "selon toute vraisemblance, il s'agit d'hommes envoyés récemment sur place par la DGSE [Direction générale de la sécurité extérieure] pour une mission de conseil en matière de sécurité, dans le cadre du soutien de la France au gouvernement légal du président cheikh Charif Ahmed". Donc "en mission officielle".

Faux journalistes, vrais agents de la DGSE

Mardi, un haut responsable somalien anonyme a indiqué que les deux français travaillaient effectivement pour les services de renseignements français. Mais qu'ils s'étaient fait passer pour des journalistes, "pour leur propre protection". Information confirmée par Liberation, qui a interrogé le directeur de l'hôtel. C'est là, le hic. Reporters sans frontières s'est déclarée "choquée". "Être journaliste n'est pas une couverture. C'est un métier. Nous sommes choqués par cette manière de faire. Ces deux conseillers, dont nous souhaitons bien sûr la libération rapide, étaient en mission officielle et n'avaient pas à recourir à ce procédé pour se couvrir. Leur attitude met les journalistes en danger dans une région où ils le sont déjà", a déclaré Reporters sans frontières, mardi.

Le ministère de la Défense, fossoyeur de journalistes ?

Ce n'est pas la première fois que ce genre de critiques est formulé à l'égard du gouvernement. Régulièrement, les ONG humanitaires donnent de la voix, critiquant violemment certaines déclarations politiques assimilant leurs organisations à des organes d'Etat. "Officiellement, nous n'avons aucun contact avec le Hamas mais officieusement, il y a des organisations internationales qui entrent dans la bande de Gaza, en particulier des ONG françaises qui nous donnent des informations", avait notamment affirmé le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, dimanche 5 octobre 2008 à Jérusalem.

La DGSE utilisera-t-elle le drapeau de la Croix Rouge pour sauver nos deux agents... comme cela s'était passé pour la libération d'Ingrid Betancourt ?

NB : La Somalie est plongée dans une instabilité politique profonde depuis 1991. Cinq journalistes y ont été tués depuis le 1er janvier 2009. La journaliste canadienne Amanda Lindhout et le photographe australien Nigel Geoffrey Brennan y sont toujours retenus en otage, depuis le 23 aout 2008. Idem pour quatre employés de l'ONG "Action contre la faim" et leurs deux pilotes kenyans, enlevés en novembre dernier.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Partager cet article

Repost 0
Published by La boulange - dans Articles de journaux
commenter cet article

commentaires