Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 05:33

 

par Sébastien PEREIRA

 La TVA à 5, 5 % dans la restauration fut une promesse souvent distribuée lors des élections, jamais tenue. Nicolas Sarkozy l’avait dit : cette fois, il le ferait. On ne peut reprocher à Sarkozy le point suivant : il applique exactement le programme qui fut le sien en 2007. Changement d’ère notable et positif, même si -moi le premier-, on peut être en désaccord avec sa politique.

Selon les premiers chiffres publiés, les restaurateurs n’ont pas franchement honorés la promesse de baisse des prix. Et l’on s’en étonne, et l’on vient les critiquer... Sérieusement, qui a pu croire le gouvernement sur le mode "on ne légifère pas, on fait confiance". Loin de moi l’idée de jeter la pierre aux restaurateurs : ils morflent. Pendant une crise on ne peut pas se passer d’aller au supermarché, on ne peut pas se passer de soins médicaux... Mais on peut aisément arrêter d’aller au restaurant ! Les chiffres d’affaires sont en baisse et bien des maisons attendaient cette baisse de la TVA pour sortir un peu du rouge.

Cependant c’est la méthode du gouvernement qui me semble surréaliste : personne n’imaginait que tous les établissements baisseraient leurs prix de bonne volonté. On appelle cela une politique libérale, vous savez le concept qui est perdu en fumée avec la crise... Sarkozy a bien tenu ses promesses de 2007, mais les mots concernant la réforme de l’ancien système... sont restés des mots. Aux Etats-Unis Goldman Sachs recommence à distribuer des bonus... alors qu’il y a quatre mois ils ont reçu un gigantesque chèque de l’Administration américaine, pour éviter la banqueroute intégrale. Avons-nous réellement changé ?

Partager cet article

Repost 0
Published by La boulange - dans Economie
commenter cet article

commentaires