Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 06:05


Mercredi, Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, a présenté le projet d'ouverture du capital de la Poste. Le projet gouvernemental prévoit l'abandon, au 1er janvier 2010, de son statut d'établissement public pour celui de société anonyme à capitaux publics, ainsi qu'une augmentation de capital à hauteur de 2,7 milliards d'euros, souscrite par l'Etat et la Caisse des dépôts. Présenté en conseil des ministres le 29 juillet, le projet de loi sera examiné au Parlement début octobre.

Le gouvernement ne répond pas aux critiques
Le gouvernement se défend très mollement de vouloir privatiser la Poste. "On assure ce fonctionnement-là en garantissant que c'est La Poste qui fournira ce service universel pendant les quinze prochaines années. On n'est pas en train de liquider", a expliqué" Christine Lagarde le 29 juillet. De son côté, Christian Estrosi a déclaré: "Le gouvernement (...) veut garantir à 100% la poursuite du caractère public de La Poste, avec la confirmation que le capital de la Poste ne sera détenu que par des acteurs publics, que les quatre missions de service public de La Poste -le service universel du courrier, l'aménagement du territoire, l'accessibilité bancaire et la distribution de la presse- seront confortés par la loi et dotés d'un financement pérenne".

1. Préparer l'ouverture du capital à des investisseurs tiers ?
Le passage au statut de société anonyme sert avant tout à rendre possible l'ouverture du capital, comme, par exemple, à des partenaires étrangers pour la création de joint-ventures ou dans le cadre de rachat d'activités, ou à des actionnaires en Bourse, en cas d'appel public à l'épargne. Les exemples passés le prouvent (France Télécom, GDF). La communication du ministre de l'Industrie, mercredi 29 juillet au conseil des ministres, est très claire sur le sujet: "le statut actuel d’établissement public industriel et commercial (EPIC) de La Poste, qui est aujourd’hui une exception en Europe, ne lui permet pas de trouver les financements complémentaires nécessaires." Mais le gouvernement promet en même temps que la Poste restera 100% publique : "la Poste restera une entreprise 100 % publique, à l’exception de la part du capital qui pourra éventuellement être détenue au titre de l’actionnariat des personnels."

2. Augmenter les fonds propres de l'entreprise ?
Principal argument, le changement de statut permettrait une augmentation de capital immédiate, de 2,7 milliards d'euros, souscrite conjointement par l'Etat et la Caisse des Dépôts. La raison est valable, même si on aurait pu imaginer d'autres solutions pour renforcer les moyens de l'établissement public. Les futurs statuts de la Poste en société anonyme prévoiront-ils des critères particuliers concernant ses actionnaires (établissements publics, etc) ? Effectivement, le projet de loi prévoit que «son capital est détenu par l'Etat ou d'autres personnes morales appartenant au secteur public, à l'exception de la part du capital pouvant être détenue au titre de l'actionnariat des personnels.

3. Une obligation européenne ?
Second argument, Christian Estrosi a défendu que ce changement de statut est imposée par l'Europe. Il s'est abrité derrière l'acceptation en 1997 par le gouvernement socialiste de l'époque de l'ouverture du marché postal à la concurrence à compter de 2011. Le changement de statut n'a rien à voir avec cette ouverture, sauf à penser qu'une Poste française concurrencé par des acteurs étrangers aura besoin de nouer des alliances, notamment capitalistiques, pour se défendre ; «la directive européenne prévoit la mise en concurrence, elle ne prévoit absolument pas le fait que l'on doive privatiser la Poste». a rappelé le Parti Socialiste.

4. L'affaiblissement du service postal public ?
L'ouverture du secteur à la concurrence existe déjà. Le courrier physique est malmené par les échanges électroniques. Et la concurrence existe sur le courrier express (DHL, etc). Le gouvernement a inscrit dans son projet de loi que la Poste sera le prestataire de service universel pour une durée de quinze ans, et qu' "il est garanti à tous les usagers (de) disposer de manière permanente et sur tout l'ensemble du territoire national des services postaux répondant à des normes de qualité". On retrouve un schéma (durement) éprouvé avec France Télécom : on change de statut, on ouvre parallèlement le marché à la concurrence. Les nouveaux entrants taclent l'opérateur historique sur les segments de marché les plus lucratifs (comme le service aux entreprises). L'une des spécificités de la Poste est son rôle dans l'aménagement du territoire. Qu'en sera-t-il demain ? Entre 2005 et 2008, quelques 2 400 bureaux de poste ont été fermés, mais 2 300 agences-relais ont été créées.

Et le référendum ?
La réforme constitutionnelle de juillet 2008 comportait une bonne mesure : l'extension de l'initiative du référendum : "Un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d'une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l'abrogation d'une disposition législative promulguée depuis moins d'un an. " (article 11 modifié de la Constitution).
Comme par hasard, c'est l'une des rares mesures que le gouvernement ne s'est pas empressé de traduire dans une loi organique.

Concernant la Poste, le sujet est nettement plus simple à appréhender dans un référendum qu'un Traité constitutionnel. Pourtant, le gouvernement Sarkozy évite soigneusement cette démarche.

Surpris ?

Publié par Juan
Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 07:38

 

 

Chères amies, chers amis,


L'été nous invite à faire une pause, à prendre du recul et de la hauteur.

Je ne veux pas ajouter à la cacophonie du Parti socialiste, qui a plus que jamais besoin de travail, d'idées neuves, et de sérénité. Ne nous abîmons pas dans les concours de petites phrases qui écoeurent les Français. Travaillons à relever la gauche, face à une droite arrogante et trop sûre d'elle-même. Travaillons à rendre possible une nouvelle espérance.

Avec vous, j'ai porté les couleurs de la gauche à l'élection présidentielle de 2007. Avec vous, j'ai porté l'exigence de la rénovation lors du débat du Congrès. Cela me crée des devoirs. J'ai, en effet, une responsabilité particulière : celle d'agir pour rassembler nos forces et aider le PS à changer vraiment, en profondeur.

Chacun comprendra donc, fidèle à ma conception de la politique, que je ne veuille pas être instrumentalisée dans un quelconque courant ou sous-courant, à l'heure où le PS souffre d'être si fragmenté. C'est pourquoi, en réponse à vos questions arrivées nombreuses sur le site, je ne prendrai pas part aux multiples initiatives de courants qui vont avoir lieu cet été, en leur recommandant d’être sérieux et respectueux de chacun, et à faire des propositions crédibles pour améliorer la situation du pays.

Et je vous invite d'ores et déjà à venir nombreux, le samedi 19 septembre à Montpellier, pour la Fête de la Fraternité (précédée d’une Université populaire participative) organisée par nos amis de Montpellier, notamment Brahim Abbou. Ce temps d'échange, de travail et de convivialité sera ouvert à tous, sans exclusive ni exclusion, ouvert à tous les adhérents de Désir d'avenir, à tous les militants et sympathisants de gauche, et au-delà, à tous ceux qui partagent l'espoir d'un monde nouveau.

Retrouvons-nous ensuite à Poitiers du 1er au 4 octobre pour l’Université européenne et internationale organisée avec Edgar Morin sur le thème : « Au-delà du développement. Les sept défis pour une politique de civilisation ».

Bon été à tous. Rendez-vous à la rentrée, en grande forme !






Ségolène Royal

Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 07:12
La série est de retour ! Retrouvez ce qui se passe dans la cuisine du président cardiaque et proche de la fin, si on en croit la vérité ! Sa panne d'essence ressemble plus à un sérieux problème de pompe.

Sarkostique vous propose la série "La cuisine de Nicolas Sarkozy" pendant le mois d'août. Sarkophage n'a pas de vacances, et il continue à s'amuser du président sur marchepied, malade du coeur.





Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 07:09

 

 

Luc Mandret sur son blog

La campagne 2012 de Nicolas Sarkozy est déjà lancée. Elle sera tournée, en bonne fille moderne, vers le web, avec un beau site Internet: les créateurs du possible. Hmmm... mais, que reste-t-il à créer? Tout n'est-il pas déjà devenu possible? A moins qu'on ne nous ait trompé sur la marchandise....



Nicolas Sarkozy au G8 - 2007
Nicolas Sarkozy au G8 - 2007
« Les créateurs du possible », vous connaissez ? Avant que Nicolas Voisin n'en parle sur Friendfeed, et n'ayant pas encore lu Le Canard Enchaîné, je n'y croyais pas. Nicolas résume donc très bien ce que seraient « Les créateurs du possible » : « Nicolas Sarkozy confie à Christophe Lambert la création de son site de campagne pour 2012 : ouverture en octobre ! « Les créateurs du possible » (c'est son nom !) sera à mi chemin entre Metic (sic) et Facebook ».

Il est vrai que l'équipe de communication et l'équipe Internet de l'UMP travaillent sur une véritable stratégie sur Internet, qui aille au-delà de la page Facebook de Nicolas Sarkozy. On parle d'une présence du Président de la République sur Twitter notamment. Tout cela devrait être annoncé à la rentrée. Mais ça fuite. Et probablement que « Les créateurs du possible » ne sont qu'une pierre parmi l'édifice de communication online de Sarkozy.

Sur le nom seulement de ce projet (site ?), « Les créateurs du possible », deux remarques me viennent à l'esprit.

Le retour du possible.
Tout d'abord bien évidemment la proximité avec le slogan de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, le désormais fameux « Ensemble tout devient possible ». Sauf que du « tout devient possible » aux « créateurs du possible », l'on observe une régression. En 2007 la promesse est claire, le changement est annoncé, tout sera possible. En 2009 Nicolas Sarkozy baisse d'un cran ses ambitions et n'est que l'organisateur de la création de ce possible. Autrement dit, il y aurait eu tromperie sur la marchandise. Et encore faut-il que ce qui soit créé sera réellement repris par l'UMP, et ne parlons pas de son application.

Le participatif de droite.
« Les créateurs du possible », ça induit forcément la participation des internautes, des citoyens, des experts probablement. Le pluriel induit que la réflexion top-bottom deviendra probablement soit horizontale soit officiellement bottom-top. Un joli recyclage de la démocratie participative à la sauce Royal. Pas très novateur. Mais toujours efficace.

Pour le moment, personne ne semble véritablement avoir rebondi sur cette information, les créateurs du possible n'intéressent pas encore grand monde à en croire Google. En revanche, certains se sont précipités pour réserver les noms de domaine. createursdupossible.com, createursdupossible.fr, lescreateursdupossible.com, lescreateursdupossible.fr, tous ont été réservés aujourd'hui. L'équipe de Nicolas Sarkozy sait à quoi s'attendre...
Repost 0
Published by La boulange - dans Propaganda
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 06:57


par Olivier Bonnet (son site)

pbLa légion d’honneur ne suffisait pas ! En la lui décernant en ce 24 septembre 2007, Nicolas Sarkozy fait cette confidence publique : "C’est à Patrick que je dois d’avoir été élu". Patrick Buisson, conseiller politique, ancien de l’extrême droite (ancien journaliste aussi, à Minute notamment), qui lui fut si utile pour siphonner les voix du Front national : "Le président évoque les temps forts de la campagne, quand l’avis de Patrick lui fut si précieux : les incidents gare du Nord, le ministère de l’Identité nationale, la pédophilie « innée », l’invocation de Jean-Paul II…", raconte Christophe Barbier, le directeur de la rédaction de L’Express témoin de la cérémonie. En gros, on décèle son influence derrière les aspects les plus scandaleux du discours sarkozyste, qui sont effectivement à la base de sa victoire lors de la présidentielle. Mais si le président la lui doit, il en sera (in)dûment récompensé. Il est d’abord au centre de l’affaire des sondages payés par l’Elysée à Opinionway, révélée par la Cour des comptes. Montant des honoraires du cabinet d’études de Buisson, Publifact, versés par l’Etat en 2008 : 1,5 million d’euros ! Sans appel d’offre, évidemment. "La Cour ne nommait pas le cabinet, résume Rue89, mais deux enquêtes de Libération et de Mediapart ont permis d’apporter ce complément d’information. En revanche, la Cour ne minorait pas les irrégularités du contrat signé avec l’Elysée : il a été passé sans aucune mise en concurrence ; le contrat réalisé sur papier libre ne comportait qu’une seule page et laissait le cabinet « juger de l’opportunité, dans le temps et dans les thèmes, des sondages ». La Cour insiste sur la totale liberté alors laissée au cabinet puisque «  la Présidence n’avait ni la maîtrise ni le contrôle, tant de l’engagement que du montant des dépenses  ». Les honoraires mensuels du cabinet s’élevaient à 10 000 euros auxquels 130 factures sont venues s’ajouter. Dont celle de 392 228 euros, pour des sondages OpinionWay parus dans Le Figaro et sur LCI."

logoEt voilà que Le Monde nous apprend hier que Buisson, qui n’a pas sur la tête une seule casquette, a également bénéficié des largesses de l’Etat pour une autre de ses activités, celle de patron de la chaîne de télévision Histoire, filiale de TF1 : "La chaîne privée Histoire a-t-elle bénéficié des mannes du ministère de la culture du fait de la proximité de son directeur général, Patrick Buisson, avec Nicolas Sarkozy, dont il est un des conseillers officieux ?, interroge le quotidien du soir. Au printemps 2008, le ministère de la culture a publié un appel d’offres pour obtenir le droit d’utiliser un programme de télévision disponible sur le marché "à des fins de communication institutionnelle". (...) L’affaire s’est conclue très vite. (...) Malgré l’absence de concurrent susceptible d’être mieux-disant, le ministère ne déclare pas l’appel d’offres infructueux. "Le prix proposé par la chaîne nous a semblé raisonnable", insiste-t-on rue de Valois. Le ministère obtient ainsi le droit de rediffuser l’émission, intitulée Vive le patrimoine, et verse 65 000 euros HT à la chaîne dirigée par M. Buisson. Cette somme est suivie d’un second versement de 35 000 euros HT par le ministère, pour obtenir le droit d’avoir son logo au générique de chaque émission. "Puisqu’il s’agit cette fois d’un accord de parrainage, un second appel d’offres n’est pas nécessaire", explique-t-on rue de Valois. logoAprès l’obtention de ce premier marché pour un total de 120 000 euros TTC, l’administration a signé, le 9 juin 2009, un nouvel accord avec la chaîne Histoire pour un montant total de 150 000 euros. Cette fois encore le marché s’est conclu sans aucun appel d’offres, puisqu’il s’agit toujours d’un contrat de parrainage." Quel aurait pu être l’intérêt personnel de la ministre dans l’opération ? @rrêt sur images lance une piste : "Selon Le Monde, Christine Albanel et Patrick Buisson ont déjeuné plusieurs fois ensemble "pour évoquer avec elle ses relations avec le président de la République", selon un proche de la ministre. Quelques jours avant le remaniement du 23 juin, M. Buisson s’est fait fort de promouvoir son action à l’Elysée. "Il aurait été demandé deux fois plus à la ministre, Christine Albanel, elle aurait signé des deux mains pour être dans les petits papiers de M. Buisson", assure une source proche de l’ex-ministre de la culture, qui tient à garder l’anonymat par crainte pour sa carrière." Total des sommes versées par le ministère de la Culture à la chaîne dirigée par Buisson (dont le PDG n’est autre que Laurent Solly, ancien directeur de campagne de... Sarkozy) : 270 000 euros.

logoMais ce n’est pas tout : "Le ministère du tourisme parraine lui aussi la même émission, révèle encore Le Monde. "Il est normal que le ministère cherche à valoriser son action en participant à un programme sur le patrimoine", explique le cabinet du ministre Hervé Novelli, un proche de M. Buisson depuis de nombreuses années. Son administration n’a pu communiquer à ce jour le montant des crédits ni les modalités de leur affectation." Sans doute qu’elle ne retrouve pas les factures, est-ce bête d’être si désordonnée ! Hervé Novelli, lui aussi ancien militant d’extrême droite, comme Buisson. Voilà comment sont dilapidés les deniers de l’Etat, dont "les caisses sont vides". Petites affaires entre amis. Qu’on se le dise : Sarkozy n’est pas un nain gras ingrat !

Repost 0
Published by La boulange - dans pipolerie
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 06:36

La France médiatique s’est échauffée, il y a quelques semaines, sur le port de la Burqa. Une mission parlementaire s’est même constituée le 1er juillet dernier. La Burqa a été dénoncée par Nicolas Sarkozy dans son discours au Congrès de Versailles le 22 juin dernier.

Qu’a fait la police ?
D’après un rapport de la police, il n’y en a que 367 en France. Un comptage d’une précision remarquable. on se demande vraiment comment les enquêteurs ont réussi (1) à répertorier en aussi peu de temps le nombre de Burqa en circulation sur notre territoire, et (2) s’ils ont demandé à chacune des femmes concernées de lever leur grillage facial pour mieux les identifier. A moins que les contrôles répétés des polices de l’immigration n’aient ainsi “dévoilé” toute leur efficacité.

La Burqa est pour les converties
D’après cette enquête, la majorité des femmes ainsi “protégées” seraient des “converties“. Quand on sait que la Burqa est à l’origine un folklore afghan, on sourit… ou on pleure. Comment en sont elles arrivées là ?

Une loi contre 367 femmes ?
La légitimité d’une loi, puisque le spectre d’une loi a été évoquée, se juge-t-elle au nombre de cas qu’elle entend “corriger”. Vaste question. L’ignoble peine de mort, en son temps, ne concernait que peu de cas en France. Le caractère dissuasif d’une interdiction réglementaire de la Burqa jouera-t-il ?

A titre personnel, je ne serais pas objectif. Le port de la Burqa est une enigme. Ayant croisé l’une de ces 367 victimes volontaires ou involontaires en bas de chez moi il y a quelques semaines, je suis resté glacé quelques temps. Faut-il accepter que de telles figures fantomatiques, de noir vêtues, circulent dans nos rues ?

J’aurai tendance à imposer le port de la Burqa aux maris des femmes concernées, ou son interdiction complète. Tout ou rien.

On verra alors si la burqa se généralise.

Repost 0
Published by La boulange - dans pipolerie
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 06:14
A n'en pas douter, Nicolas Sarkozy instaurera la taxe carbone en France. C'est une promesse de la campagne de 2007, et le président français a trop besoin d'une partie de l'électorat écologiste pour les prochains scrutins. La vraie question est ailleurs : quand et comment installera-t-il cette taxe jugée "révolutionnaire" par Daniel Cohn-Bendit ?

Michel Rocard a remis son rapport sur la "contribution énergie-climat", issu des travaux de la conférence d'experts que présidait Michel Rocard. Ce dernier préconise la mise en place d'une taxe carbone de 32 euros par tonne de CO2 émise dès 2010. Elle ne s'appliquerait qu'aux énergies fossiles (charbon, pétrole, etc) mais aucune recommandation ne porte sur l'à l'électricité. Toujours selon le rapport, elle serait augmentée de 5% par an pour atteindre 100 euros par tonne à compter de 2030.

La fausse unanimité
La taxe carbone a un objectif : réduire la pollution générée par la consommation d'énergies fossiles. Nicolas Sarkozy et son gouvernement se félicitent de ces conclusions. Jean-Louis Borloo applaudit des deux mains. A gauche, comme droite, l'urgence écologique est proclamée !
Mais à droite, certains se préparent déjà à vider de son sens cette proposition inédite. On critique son niveau, on évite la question sociale, on laisse les lobbies industriels s'indigner.
Selon Daniel Cohn-Bendit , cette taxe est inévitable, mais son produit doit être reversé aux ménages modestes, en tenant compte du quotient familial. C'est l'un des clivages, encore mal exprimés, du débat.

Les questions qui fâchent
Le débat sera court, de quelques semaines à peine, si le gouvernement veut tenir son planning de l'instaurer dès le 1er janvier 2010, juste à temps pour les élections régionales où l'UMP draguera avec force l'électorat écologiste.

1. A quel niveau faut-il taxer ? Le rapport Rocard suggère une taxe de 32 euros par tonne de CO2. La moyenne européenne est de 14 euros la tonne, mais ce niveau ne signifie pas grand chose tant les pratiques de taxation écologique sont encore rares en Europe (cf. graphique, d'après OCDE/France Info) Christine Lagarde à dénoncé, mercredi 29 juillet, le niveau trop élevé de la recommandation: "Je ne suis pas sûr que ce soit 32 euros, parce que (...) c'est très fort comme signal et ça me paraît très élevé."

2. Cette taxe sera-t-elle progressive en fonction des revenus des ménages ? Rocard suggère que oui. Le gouvernement n'ose pas se prononcer. Borloo a promis que la taxe carbone sera « entièrement compensée pour les ménages les plus modestes ». Mercredi 29 juillet sur France Inter, Christine Lagarde a refusé d'entériner cette proposition, malgré l'insistance du journaliste Pierre Weil. Elle s'est contenté de dire que le niveau des prélèvements obligatoires en France ne sera pas augmenté, ce qui est bien différent. La Taxe carbone est un outil complexe : elle vise à décourager des comportements individuels mais peut se transformer en "TVA verte".

3. Faut-il taxer l'électricité ?
Les écologistes y sont favorables. Le rapport Rocard ne se prononce pas. Le gouvernement y est hostile. Sarkozy aime défendre l'idée que l'énergie nucléaire est l'avenir de l'homme-consommateur. Mais pour Daniel Cohn-Bendit, il faut également prévoir une imposition de l'électricité: primo, chaque surconsommation d'électricité conduit EDF à puiser dans ses centrales à charbon pour faire face à la demande. Deuxio, l'énergie nucléaire est sous-tarifée en France : "il faut se mettre dans la tête que le recours à l'énergie nucléaire ne pas durer indéfiniment. Son prix n'a aucun lien avec le marché réel: il ne tient compte ni de la construction des centrales, ni des coûts de stockage et de démantèlement, ni de l'assurance contre les risques écologiques."

4. Cette taxe est bio-dégradable ? En insistant, sans plus de précision, sur la stabilité du niveau de prélèvements obligatoires, Christine Lagarde cherche-t-elle à affaiblir le projet de taxe carbonne ? En effet, par construction, l'objectif de la taxe carbone, c'est-à-dire réduire la consommation d'énergies fossiles, est de disparaître ou, à défaut, de diminuer. Comment remplacer le manque à gagner prévisible de recettes fiscales ?

Publié par Juan
Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 06:39



DA Lacanau:
  • Juppé est un type bien.
  • Son équipe municipal est bien.
  • L'adjointe spéciale du quartier, Mme Cazalet est  une adjointe bien.

Ya un truc?
Oui et non.

  • Bon les pôvres municipaux sont en vacances 2 mois, donc la vie communale s'arrête
  • Mme Cazalet qui se veut l'opposante N°1 de Michèle Delanauy pour l'office de conseillière générale , n'y est pour rien..... voir la ligne précédente.

Ya un truc?
  • il semble que son bureau de Mme l'adjointe était ouverte pour que Mme l'adjointe assure sa permanence et sa secrétaire faisait le garde chiourme pour éviter que la méchéante dame qui a battu le duc d'Aquitaine, l'homme des cerises  dit Juppé, ait un bureau de 7 à 10m² avec 2 chaises et un bureau en 120. voir le blog de Michèle

Ya un truc.....
Oui ils sont nuls


Font ils récidiver en août?
Vous saurez cela au prochain article de DA Lacanau .... en août.


C'était: chronique d'été de la démocratie bordelaise ou comment la connerie fait faire n'importe quoi

Bon courage Michèle


Michèle Delaunay (à table, t-shirt noir), hier, lors de sa permanence un peu particulière. (Photo dr)
Michèle Delaunay (à table, t-shirt noir), hier, lors de sa permanence un peu particulière. (Photo dr)

Scène insolite, hier après-midi, devant la mairie de quartier du Grand Parc. Faute d'avoir pu se faire ouvrir une salle municipale, la députée PS Michèle Delaunay a tenu sa permanence dans la rue... « J'ai travaillé dehors, au milieu des fleurs », s'amusait-elle, avant de se faire plus mordante : « Il n'est pas normal que, durant deux mois, nous ne puissions pas tenir permanence. Il aurait suffi de donner un tour de clé pour libérer n'importe quelle salle municipale, mais cela a été refusé. » Anne-Marie Cazalet, maire adjointe du Grand Parc, se défend de tout blocage à l'encontre de la députée, qui fut l'une des plus farouches opposantes à Alain Juppé lorsqu'elle était conseillère municipale : « Les salles sont fermées en juillet et août car les agents municipaux sont en vacances. Madame Delaunay en a été informée par courrier. De plus, nous ne gérons pas ici l'attribution des salles de permanence, c'est une compétence du service de la vie associative. » Heureusement, il faisait beau. Michèle Delaunay prévoit de recommencer le 20 août.

Auteur : D. L.
Repost 0
Published by La boulange - dans Médoc-Gironde
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 04:44

Coco

Dilem

Pour le dernier conseil des ministres avant 3 semaines de vacances (inédie depuis Sarkoléon), il lance 2 peaux de banane:

1/ la privatisation de la Poste

EFG

2/ le remodelage des circonscriptions législatives, bilan:

Pour que la gauche soit majoritaire à l'assemblée nationale, elle doit faire 51.3%, sinon 30 députés UMpistes en plus... Ce n'est plus du remodelage mais du charcutage

Repost 0
Published by La boulange - dans Propaganda
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 04:43

 

 

du Rédacteur Suprême

 

Après des mois de bataille, les ostréiculeurs du bassin d'Arcachon sont enfin en passe de venir à bout du fameux test de la souris. En effet, l'Afssa a mis au point un nouveau test, ou la souris est remplacée par un éléphant, mais bien entendu, pas question de tuer un noble membre d'une espèce protégée : ce sont les selles de l'éléphant-test qui seront analysées. La préfecture de la Gironde et les producteurs d'huîtres sont enfin d'accord.

Beaucoup plus fiable que le test de la souris, le test de l'éléphant est une double aubaine pour les producteurs du bassin d'Arcachon. D'une part, la fiabilité du test permet d'assurer un diagnostic de l'inocuité de l'huître arcachonnaise à 99,9% de confiance, alors que la souris n'a jamais dépassé les 81%.

D'autre part, un éléphant doit ingérer beaucoup plus d'huîtres en comparaison d'une souris : le test de l'éléphant contribue donc significativement à la relance de la consommation d'huîtres si malmenée par des mois d'interdictions à répétition.

Concernant le test lui-même, la simplicité est de mise : "il faut faire manger 30 douzaines d'huîtres avant 18h", explique Marie-Christine Dupont-Dubonchoix, de l'Afssa-Gironde, "et si le matin les selles de l'éléphant sont molles, c'est que les huîtres sont impropres à la consommation humaine".

A contrario, des selles trop dures sont une indication inquiétante : "bien sûr, nous devrons en premier lieu vérifier que l'éléphant n'a pas mangé les coquilles", précise Marie-Christine Dupont-Dubonchoix, "mais à l'évidence la selle ne doit être ni trop molle, ni trop dure".

Les premiers tests de l'éléphant seront menés avant le 15 août, le temps pour Martine Aubry de livrer les premiers spécimens "élevés en plein air rue de Solférino". C'est aux éléphants socialistes que reviendra l'honneur de remplacer les souris, une initiative "courageuse" saluée par toute la communauté du bassin d'Arcachon. Montrant les dernières coprocultures de ses éléphants, Martine Aubry met toutefois en garde l'Afssa contre certains éléphants du PS : "il y en a qui sont déjà des habitués du caca mou, les huîtres ne vont rien arranger".

Les tests seront donc menés après une sélection rigoureuse des spécimens socialistes les plus aptes.

Repost 0
Published by La boulange - dans Médoc-Gironde
commenter cet article