Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 06:05


La ministre du Logement a annoncé fin juillet ses plans de réformes de la loi SRU: puisque certaines communes, dont Neuilly-sur-Seine, ne parviennent pas à consacrer 20% de leur parc immobilier au logement social, Christine Boutin va changer la loi... Elle a décidé d'inclure dans la définition du logement social l’accession sociale à la propriété, c'est-à-dire les logements sociaux acquis par leurs anciens locataires.

La loi SRU voulait développer le logement social locatif. En février 2008, la Fondation Abbé Pierre a souligné que plus de 60% des villes ne respectaient pas les objectifs de la loi SRU sur la période 2002/2006, soit 435 communes.

Une disposition glissée dans le projet de loi qui édulcore l'obligation faite aux communes de réaliser des logements sociaux. Dans son article 55, la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) appliquée depuis 2002 leur impose de construire 20% de logements sociaux en cinq ans, sous peine de sanctions financières. Une disposition qui concerne les villes de plus de 3 000 habitants (le seuil est ramené à 1 500 habitants en Ile-de-France) qui font partie d'une agglomération de plus de 50 000 habitants. source: LE FIGARO

Christine Boutin la transforme en "quota de pauvres." Sur France Inter la semaine dernière, elle expliquait que même les hébergements d'urgence devraient faire partie du logement social. Fichtre !
"Et le problème plus fondamental, c’est que l’accession sociale n’est sociale qu’au départ. À terme, rien ne garantit que ce qui a été acquis avec de l’aide publique ne soit pas détourné de sa fonction et devienne un logement privé comme les autres." Pierre Gosnat (PCF)
Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 22:31


JO

Repost 0
Published by La boulange - dans pipolerie
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 22:29
Vous connaissez l’histoire de l’économiste qui s’est cassé une jambe en sautant dans sa piscine vide au début de l’été dernier ?
Il avait oublié l’ajustement saisonnier...
Repost 0
Published by La boulange - dans Economie
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 22:18



Bernard Kouchner, ministre des Affaires Etrangères, était arrivé dimanche 10 août. En Georgie, non pas dans la province russe d'Ossétie du Sud. Pourtant, il a dû quitter précipitamment la zone lundi 11 août.

Le président géorgien Mikheïl Saakachvili et le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner ont été évacués d'urgence ce lundi à Gori, en Géorgie, a constaté un journaliste de l'AFP (source).
1. Le ministre, représentant de surcroît l'Europe pendant la présidence française, excelle dans ces déplacements d'urgence sur le terrain. On lui saura gré de témoigner ainsi l'attention portée par la France et l'Europe à ce conflit incompréhensible aux portes de l'Europe.

2. La position française est-elle isolée ? La stratégie américaine est très différente de la position européenne défendue par Kouchner et Sarkozy. L'administration Bush n'a pas hésité à désapprouver violemment la réaction russe. Il faut dire que les Américains sont très présents en Géorgie, où ils assurent notamment depuis 2002 la formation et une aide à l'équipement de l'armée.
Gordon Brown, le premier ministre anglaais, est également très critique contre la Russie: il désapprouve totalement l'invasion partielle de la Georgie: "La poursuite de l'agression contre la Géorgie - et en particulier l'intensification du conflit au-delà de l'Ossétie du sud - ne contribuera qu'à ternir la réputation internationale de la Russie et ses relations avec les pays à travers le monde."
Kouchner et Sarkozy ont privilégié le dialogue avec Poutine et Saakachvili. Ils ont reçu le soutien d'Angela Merkel, qui rencontrera également le président Medvedev ce jeudi.

3. La Russie est intervenue pour défendre ses frontières. C'est du moins la position officielle. Lundi 11 août, elle a envahi (partiellement) la Georgie. Sa première intervention en force ressemble évidemment à un prétexte. Elle vise à annexer son voisin. Elle apparaît de surcroît au fil des heures bien moins triomphante que ne le révèlent (évidemment) les communiqués officiels. La Russie a même refusé les propositions de cessez-le-feu de Sarkozy et Kouchner.
Le document refusé par la Russie et accepté par la Géorgie a été présenté par la présidence française de l'UE. Il s'agit d'un plan en trois points : respect de l'intégrité territoriale de la Géorgie, cessation immédiate des hostilités et rétablissement de la situation qui prévalait antérieurement sur le terrain.
4. Les récents développements militaires mettent à mal la position française. La photo d'il y a 72 heures d'un Vladimir Poutine embrassant Louis Sarkozy à Pékin n'y changera rien. La France semble s'être trompée de tactique face à l'ours russe. La visite de Sarkozy en Russie vendredi sera déterminante.

5. Le climat est tendu, comme en témoigne cette video de CNN.


Repost 0
Published by La boulange - dans La semaine de Juan
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 22:15
 
 


Elle a encore réussi à surprendre tout le monde : alors que les responsables du parti sont en vacances, l’ex-candidate à la présidentielle est allée hier à la rencontre de ses lecteurs. Pour être sûre qu’ils resteront ou deviendront aussi ses électeurs.

PETIT MARATHON de dédicaces hier pour Ségolène Royal.
La candidate au poste de Premier secrétaire du PS a interrompu pendant une journée ses vacances dans le Sud pour rencontrer ses supporteurs. Au programme, trois librairies, à Nice, Aix-en-Provence et Marseille, pour signer des exemplaires de son livre « Si la gauche veut des idées », coécrit avec le sociologue Alain Touraine.

« C’est un succès », souffle l’attachée de presse. L’entourage de Royal craignait qu’en plein mois d’août les militants ne soient pas au rendez-vous. Mais l’association Désirs d’avenir a battu le rappel et, dans chaque librairie, une centaine de personnes en moyenne se bousculent pour faire signer les ouvrages.

« Je suis là parce que j’ai beaucoup d’estime pour elle », raconte Danielle, 64 ans. Cette Niçoise n’a pas renouvelé sa carte du PS car elle se dit déçue par l’attitude de certains leaders socialistes qui n’ont pas soutenu Royal lors de la présidentielle de 2007. Jean, 20 ans, n’est pas un fan : « Elle m’a déçu après l’élection lorsqu’elle a expliqué qu’elle ne croyait pas à son programme », raconte-t-il en avouant se sentir plus proche de Martine Aubry. « En faisant dédicacer mon livre, j’ai quand même demandé à Ségolène Royal de me convaincre de la rejoindre », lâche-t-il. Il reconnaît qu’il n’a pas été forcément convaincu.

Bronzée, dans une robe estivale, Royal pose pour des photos entre deux signatures. Elle ne cache pas son plaisir lorsque Claudine lui annonce qu’elle a déjà pris « son billet pour le Zénith ». Le 27 septembre, celle qui veut devenir la patronne du PS a en effet décidé d’organiser un « rassemblement de la fraternité » dans cette salle parisienne, en présence d’artistes notamment. « Je voulais faire cela juste après la présidentielle pour remercier ceux qui m’avaient soutenue, nous confie-t-elle, mais le PS avait refusé de financer l’événement. »

« C’était la seule date où le Zénith était libre »

Cette fois, Royal a lancé un appel aux dons pour parvenir à ses fins et « retrouver la même ambiance qu’au stade Charléty » pendant l’entre-deux-tours de l’élection de 2007. Le 27 septembre, ce sera quatre jours après le dépôt des motions pour le congrès de Reims, mais la candidate à la succession de François Hollande assure que c’est « une coïncidence ». « C’était la seule date où le Zénith était libre », se justifie-t-elle.

A trois mois du congrès, les supporteurs de Royal sont partagés. Aurélien, 23 ans, sait que la partie n’est pas gagnée pour la présidente de la région Poitou-Charentes. Mais dans la librairie d’Aix-en-Provence, lui qui se définit comme un « ségoléniste de la première heure » est confiant. Il croit à une alliance avec François Hollande : « Politiquement, ils sont encore proches et ils peuvent s’entendre. Après tout, il est le père de ses enfants », note-t-il. Claude, à Nice, est plus inquiet : « Je souhaite qu’elle s’impose pour sortir les socialistes du marasme, mais connaissant le parti, ce sera extrêmement difficile pour elle », soupire-t-il. Paul partage cette analyse tout en ayant confiance pour l’avenir. « Même s’ils l’écartent de la tête du parti dans une coalition Tout sauf Ségolène , elle reviendra en 2012 pour les enfoncer ! » promet-il. « Régénérée », comme le dit son entourage, par les bains de foule de la journée, Royal repart quelques jours en vacances. Avant de retrouver ses rivaux aux universités d’été de La Rochelle, fin août.

Le Parisien

Repost 0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 10:45



Après avoir assisté à un office religieux dans un temple protestant de Pékin, le président Bush a déclaré que Pékin n'a rien à craindre de la liberté religieuse, et a critiqué le manque de respect des droits de l'homme lors de sa visite en Chine.

Même si l'attitude de Bush ne manque pas de sel, venant du président ayant installé la prison sans droit de Guantanamo, la comparaison avec le silence de Sarkozy est douloureuse pour l'image de la France.

"George W. Bush persiste et signe. S'exprimant sur le sol chinois le jour même de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, le président américain a de nouveau appelé Pékin vendredi à "laisser les gens dire ce qu'ils pensent". Mais il a également donné des gages d'ouverture et indiqué qu'il laisserait le sport reprendre ses droits sur la politique dans les prochains jours. "Nous sommes profondément persuadés que les sociétés qui autorisent la libre expression des idées ont tendance à être les plus prospères et les plus apaisées", a encore déclaré George W. Bush vendredi en inaugurant la nouvelle ambassade des Etats-Unis en Chine, la deuxième plus importante au monde après le complexe fortifié de Bagdad. "Je me réjouis de soutenir nos athlètes", a-t-il déclaré. "Je ne ferai aucune prévision sur le nombre de médailles, mais je peux vous dire que les athlètes américains sont prêts à concourir, dans l'esprit de l'amitié." (source)
George Bush reste 4 jours à Pékin. Nicolas Sarkozy est rentré dès samedi se reposer au Cap Negre (Var). La presse française s'avère finalement très critique a l'égard de ce déplacement que d'aucuns jugent a minima inutile et négatif.

Vendredi, Nicolas Sarkozy a certes remis au président chinois deux listes de prisonniers politiques que l'Europe voudrait voir élargis par le régime. Mais, comme l'ecrit Bruno Philip dans Le Monde daté du 10 août , "la façon dont l'Elysée décrit ce geste et la courte conversation sur les libertés qu'ont eue les deux présidents laissent cependant sceptique sur les conséquences positives de ce genre de rituel obligé."

Seul le JDD du 10 août se permet une description élogieuse de ce déplacement, photo du jeune Louis Sarkozy embrassé par Vladimir Poutine à l'appui.

Louis

C'est un petit garçon à lunettes, T-shirt et baskets, qui monte le premier dans l'avion, à Nice. Le Président bavarde avec son ami Christian Estrosi, le maire de Nice, venu le saluer, aux côtés du préfet, barbe poivre et sel, une sorte de Capitaine Haddock en grand uniforme blanc.

Nicolas Sarkozy est descendu avec son fils d'un hélicoptère arrivant d'Hyères. Louis, 11 ans, vient de passer huit jours au cap Nègre. Ce seront ses premiers JO. Les premiers de son père, alors étudiant, étaient ceux de Munich (1972). "Je suis heureux que Louis vienne avec moi. Il va dormir dans ma cabine. On va survoler ensemble la Sibérie."

Louis porte maintenant un blazer bleu marine. Il vient de retrouver son papa qui déjeunait avec les 70 chefs d'Etat et l'emmène au village olympique. Il ne lâchera pas la main de son père pour saluer les athlètes français et entonner la Marseillaise avec eux.

Les Chinois sont comme les Africains: ils attachent beaucoup d'importance à ces présences familiales. Le président chinois savait que le Président était venu avec son fils, tout comme, en novembre, Nicolas Sarkozy était accompagné de sa mère, Dadou. Nicolas Sarkozy en a été remercié spécialement.

Dans l'avion du retour, "Loulou" est fatigué. Il a remis un sweat-shirt. Les yeux encore plein des étoiles de la cérémonie d'ouverture. "J'ai adoré quand les cinq anneaux se sont levés." Un dernier fromage blanc - comme son père - et il file regarder un film. "Je suis fier de lui, il a tenu le coup."


Nicolas Sarkozy a-t-il cependant profité de son périple chinois
pour discuter de la guerre en Ossétie du Sud avec Vladimir Poutine ? On nous dit que oui. Reconnaissons que c'est une bonne chose, tant ce conflit aux portes de l'Europe est ahurissant. Depuis le Cap Nègre, Sarkozy multiplie les communiqués sur cette crise. Son dernier explique qu'"après le retrait des forces géorgiennes d'Ossétie du Sud, le président de la République estime qu'il existe désormais de réelles perspectives pour parvenir rapidement à une sortie de crise".

La situation entre la Géorgie et la Russie, dimanche 10 août 2008, heure par heure 20h21: Selon le ministère russe de la Défense, des navires russes ont coulé une vedette lance-missiles géorgienne qui tentait de les attaquer.

20h: Premier bilan.
Environ 40.000 personnes ont été contraintes de quitter leur domicile en raison du conflit en Géorgie, a annoncé dimanche à l'AFP une porte-parole de la Croix-Rouge internationale.
19h56: Les Géorgiens retirent leurs soldats de Tskhinvali.
Selon l'état-major russe, cité par l'agence RIA-Novosti, les forces russes de maintien de la paix contrôlent en «grande partie» la capitale de l'Ossétie du Sud.
19h44: L'existence de la Géorgie est menacée.
C'est ce qu'a déclaré le président géorgien, Mikheil Saakachvili.

19h26: Nicolas Sarkozy se rendra à Moscou en début de semaine,
selon le Kremlin. Dans la journée, le président français, qui préside actuellement l'UE, avait déjà déclaré qu'il estimait qu'«il existe désormais de réelles perspectives pour parvenir rapidement à une sortie de crise» en Ossétie du sud, «après le retrait des forces géorgiennes» de cette république séparatiste, selon un communiqué de l'Elysée.
18h45: Moscou fixe ses conditions.
La Russie a appelé dimanche la Géorgie à «retirer complètement» ses troupes d'Ossétie du Sud avant toute discussion, affirmant que des soldats géorgiens s'y trouvent encore, au cours d'une conversation téléphonique des chefs de la diplomatie des deux pays, selon l'AFP.

18h27: Du renfort.
Les 2.000 soldats géorgiens déployés en Irak ont commencé dimanche à quitter le pays pour rentrer en Géorgie prêter main forte aux troupes engagées dans des combats en Ossétie du Sud, a annoncé à l'AFP l'armée américaine. Une information confirmée par les autorités géorgiennes, qui affirment qu'une partie du contingent est déjà revenue ce dimanche.

18h14: L'ambassadeur américain à l'ONU accuse la Russie d'empêcher le retrait des forces géorgiennes de l'enclave séparatiste d'Ossétie du Sud et appelle à un cessez-le feu immédiat.

18h09:
Le ministère géorgien de l'Intérieur, tout comme le secrétaire général adjoint de l'ONU chargé des affaires politiques avant lui, confirme que des bombes ont été larguées par les Russes près d'une piste de l'aéroport international de Tbilissi. Au moins une bombe serait tombée à 200m d'une piste de l'aéroport de Tbilissi, selon le ministère géorgien de l'Intérieur.
17h35: Dialogue?
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a réussi à mettre en contact direct ses homologues russe et géorgien, a annoncé dimanche le ministère allemand.
Repost 0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 10:41

Par Kiosk qui revient sur le meurtre du petit Valentin et, en réponse à un Mariannaute qui validait l'efficacité de la peine de mort, nie tout effet dissuasif à cette dernière.



Le Ministère de la Justice - cc flickr sbcarlile
Le Ministère de la Justice - cc flickr sbcarlile
Nous avons affaire à un psychopathe et le devoir de toute société c'est de se protéger contre ces monstres. Une seule solution était vraiment efficace et c'était la peine de mort.
Quand bien même l'assassin aurait agi en pleine conscience de ce qu'il faisait, opposer la barbarie à la barbarie n'est pas la solution. D'ailleurs, la peine de mort n'est pas et n'a jamais été efficace. Soit l'on tue par un malheureux concours de circonstances, de manière irréfléchie, ou sûr un coup de tête, soit l'on a prémédité le meurtre. Dans le premier cas, le meurtre est pour ainsi dire accidentel, alors peine de mort ou pas, qu'est-ce que cela changerait ? Dans le second cas, le meurtrier pense qu'il ne sera pas pris. Ou pas pris vivant. Peine de mort égale dissuasion zéro.
Il vous reste la minable satisfaction de la vengeance ? Pas de quoi pavoiser, sauf bien sûr si votre développement cérébral s'est arrêté au stade du cerveau reptilien.

Punir sans vengeance, haine, ni barbarie
Mais peut-être que votre idéal, après tout, c'est de revenir quelques siècles en arrière dans l'évolution spirituelle de l'humanité ?
Toutefois, sachez qu'avec vos raisonnements d'un autre âge vous légitimez paradoxalement les crimes les plus odieux aux yeux des assassins eux-mêmes. Sachant qu'ils seront tués s'ils sont pris, ils n'auront aucun scrupule à tuer d'abord, comme une sorte de vengeance anticipée.
Quelle est votre prochaine proposition dans la régression vers l'animalité ? Torturer tous les jours les assassins, puis les finir en place publique, sous l'œil des caméras du 20h de TF1 ?
Personne n'a parlé de ne pas punir les assassins, notez bien. Mais il s'agit de punir sans haine, sans violence, sans barbarie, sans excès de sévérité non plus que de laxisme. La justice n'est pas faite pour lyncher, figurez-vous, quand bien même vous le déploreriez.
Repost 0
Published by La boulange - dans Articles de journaux
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 10:40


Face à la recrudescence de ce qu’on appelle des « faits divers » le téléspectateur moyen est facilement porté à croire que son voisin est un tueur en série, un voleur ou un gangster.

Ce phénomène n’est pas nouveau et a déjà permis de faire élire des candidats porteurs de programmes sécuritaires, conséquences de la peur engendrée par la profusion des faits constamment relayés par une presse avide d’audimat… et d’une curiosité malsaine.

Aujourd’hui la « une » des journaux soi-disant généralistes est digne de la plus vile presse à scandale et fait la part plus que belle au fait divers. Mais les conséquences de ces mises en avant ne sont pas que politiques : elles sont désormais aussi législatives. Qu’un chien morde une grand-mère et une loi sur les chiens dangereux est votée ; qu’un enfant soit tué par un homme dont l’ADN n’est pas fiché justifie de ficher tout le monde.

Pourtant, les chiffres de la délinquance sont paraît-il en forte baisse, et ce depuis de nombreuses années.

En réalité il n’y a pas plus de meurtres qu’auparavant, ils sont simplement relayés systématiquement par les médias, qui les ont changé de catégorie : de la rubrique « faits divers » ont les place dorénavant en « une », ce qui permet ainsi au gouvernement de justifier la mise en œuvre de mesures sécuritaires plus draconiennes que jamais. Un climat de peur et de suspicion générale accompagne ainsi les nouvelles, ce qui suscite de la part des médias une recherche constante de tous les actes similaires, en même temps que cela provoque chez les spectateurs le désir malsain (et humainement compréhensible) d’en savoir plus.

Alors on légifère, et le peuple approuve. Et oui, le meurtre du petit Valentin est monstrueux. Bien sûr que l’on voudrait connaître et attraper le meurtrier. Sans doute que le fichage ADN de tous les êtres humains permettrait de retrouver tous les tueurs du monde. Mais trouver le coupable n’est pas l’empêcher d’agir, et je suppose que la folie meurtrière dont a été victime ce malheureux enfant n’aurait pas été stoppée par la peur du gendarme. Pas plus que la Loi sur les animaux dangereux n’empêchera un chien de l’être.

Finalement on pourra punir mais pas prévenir. Est-ce une victoire ?

Il faut punir bien sûr, mais ne soyons pas naïfs : aux vues des taux de récidive constatés et même des horribles peines mises en œuvre toute au long de l’histoire humaine, il est incontestable que ni la prison ni la torture ni la mort n’ont jamais empêché ni les fous ni les monstres. On pourrait même faire apparaître une corrélation entre la baisse de la délinquance et la réduction des peines. Sans doute est-ce parce que la sanction justifie l’acte, mais c’est un autre sujet.

A la rentrée il y aura une proposition de loi concernant le fichage ADN, j’en fais la prédiction. On reparlera alors de tous les faits divers des mois derniers, et on justifiera ainsi cette proposition. La CNIL émettra un avis défavorable, et tous les organismes de défense des droits de l’homme aussi. Mais la sécurité est une chose importante pour le président. Des garanties seront données sur l’utilisation de ce fichier, et dans un premier temps rien ne changera. Peut-être même élucidera-t-on une ou deux affaires… mais peu à peu on étendra de nouveau les possibilités d’utilisation de ce fichier, comme par exemple de le coupler avec certaines puces RFID pour justifier de l’identité de son porteur. Et l’impossibilité pour ce dernier d’échapper à la surveillance de ses moindres faits et gestes.

Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 10:37

Ségolène Royal signait hier son livre à Nice « Si la gauche veut des idées » http://www.nicematin.com/ra/politique/138682/alpes-maritimes-segolene-royal-a-nice-100-livres-signes-en-une-heure Mais s’est heurtée a un black out de l’information pour annoncer sa venue (plusieurs vaines interventions auprès de Nice-Matin) Heureusement, elle n’a pas eu besoin de ça, pour que ce soit tout de même un beau succès. Voir : http://www.patrickallemand.canalblog.com/

Pourtant, Nice-Matin semble sortir du sarkozysme étouffant de certains medias du groupe Lagardère http://www.cuverville.org/breve78826.html

L’article de Nice-Matin est sympa, mais pourquoi avoir refusé d’annoncer la venue de l’ex-candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal ? Probablement qu’il faut du temps pour guérir de l’emprise médiatique… C’est une question que je me pose aussi à propos de l’Express ou de La Tribune ou du Monde qui semblent sortis de cette emprise, mais qui avaient subi des restructurations alors qu’ils étaient aux mains de proches de Sarkozy (Dassault pour l’Express, Arnault pour La Tribune) ou de sarkozystes notoires (le Monde)

Repost 0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 11:35

Sarkozy à Pékin : chanoine ou chat noir ?

chatnoir_chanoine

Po
Repost 0