Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 06:21
L'Élysée commence à s'inquiéter de la dégringolade de Sarkozy
© PLACIDE
Repost 0
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 06:12
On en parle finalement peu dans les médias, et pourtant le scandale invisible est bien présent. Sarkophage veut parler du hold up démocratique que Sarkozy va pratiquer dans quelques jours.

Souvenez vous, le 29 mai 2005 les français disent merde au projet de Traité Constitutionnel Européen. Un fourre tout indigeste qui tient plus de l'attrape nigaud que d'un texte simple et clair. Parce qu'il ne faut pas prendre les français pour des imbéciles : une constitution doit être connue et comprise par tous pour qu'elle puisse s'appliquer.

Sarkozy sarkosi sarkostique sarkosy sarkozi referendum traite lisbonne
Merci à Fanch

Raffarien ayant à l'époque une enclume attachée à chaque pied, le vote était mal barré avant de commencer. Les français ont dit merde franchement.

Pour Sarkozy, ce merde n'existe pas. Il n'existe pas car il ne veut pas qu'il existe. Alors il va faire adopter le même texte à deux virgules près, par ses fidèles haricots blancs (
vous savez la fameuse droite cassoulet ...)

Sarkozy sarkosi sarkostique sarkosy sarkozi referendum traite lisbonne
Merci à Fanch

Pourtant le gesticulateur précoce spécialiste de la chute libre dans les sondages disait combien il serait impensable de priver le peuple de pouvoir décider sur des sujets aussi importants. Comme vous pouvez le voir ci dessous.


Nicolas Sarkozy est donc un homme de paroles ... en l'air
. Et un élu du peuple qui se moque de celui ci. Il n'y a qu'en France que cela puisse arriver. Sarkozy est un homme qui se prétend courageux mais qui en fait n'aime que la facilité. Le fric facile (s'augmenter de 172% sans effort particulier), les vacances faciles (dans un avion que l'on n'a pas besoin de payer), les femmes faciles (Mme Bruni a un tableau de chasse bien fourni !). Et la politique facile, sans peuple à affronter.

Sarkozy sarkosi sarkostique sarkosy sarkozi referendum traite lisbonne
Merci à Fanch

Il veut donc que le traité "modifié" (en fait c'est le même !) soit adopté sans demander l'avis de ceux qu'il va toucher ... très très durement. Allez lire l'excellent site d'Etienne Chouard que personne ne parvient à contredire sur la dangerosité d'institutions sans contre pouvoir.
Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 06:12
L'économie française va bien... la croissance est bonne (2% environ), le chômage n'en finit plus de reculer, l'inflation est faible (1,5%), le pouvoir d'achat augmente (INSEE), les chefs d'entreprises français sont compétents, pour preuve, ils sont les mieux payés d'Europe... certes la crise financière peut porter au doute, mais la ministre de l'économie et des finances nous a rassuré à ce sujet, l'économie française est saine et ne sera pas touchée !
 

 

AA

 

Allons, Enfants de la Patrie, réveillez-vous ! La France va bien ! Puisqu'on vous le dit... Et puis un président qui fait don de son corps et de son esprit à son pays, ça ne vous réchauffe pas le coeur ? Bon, d'accord il nous trompe ! Mais bon...
 
moral des français jenvier 2008
Et alors on fait quoi... Une loi qui interdit la dépression ? Une loi qui instaure une déduction d'impôts sur les antidépresseurs ? On se fait des séances collectives de rirothérapie à la Bastille... Ou alors, on leur dit ? Je sais que ça risquerait de leur provoquer un choc terrible, que ça pourrait leur être fatal, mais il faut commencer à y penser. On ne peut honnêtement pas les laisser délirer comme ça jusqu'à la fin, ça ne serait pas catholique...
 
Alors comment on procède ? On se réunit tous, et on vote pour nommer celui qui devra se sacrifier ! Ça sera dur je sais, mais il faut le faire, on ne peut pas les laisser comme ça, errant dans leur inconscience naïve. Il faut leur dire, c'est une question d'honneur !
 
Mesdames et Messieurs les puissants, on ne peut pas vous laisser dans l'ignorance. La France d'en bas va mal, s'inquiète, s'angoisse. Certes, l'air chaud monte et vous ne connaissez que la chaleur, mais en bas, il fait froid ! Le pétrole commence à manquer, trop cher, le gaz s'envole, alors on se chauffe en brulant les prospectus électoraux. Ça chauffe bien, les prospectus électoraux. Mais ça ne dure pas longtemps... Les pauvres meurent vite, trop vite ! Les riches meurent tard, mais il n'y a plus rien à la télé à cette heure là. Le pain augmente, le lait s'envole, la viande et les légumes deviennent un luxe. Le lapin se refuse toujours à sortir du chapeau, alors il ne nous reste plus qu'à le manger, le chapeau. Et puisque les mots n'ont plus de sens, ravalons aussi notre salive ! Toujours ça de gagné !
Repost 0
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 06:10

Jérôme Kerviel est innocent.

D’abord parce que tout citoyen est, en France, présumé innocent jusqu’à ce qu’un tribunal le condamne...

Mais pas seulement.

Cette affaire sentait mauvais. On le pressentait. On l’écrivait... chez Diner’s Room... sur Betapolitique...

Petit rappel des faits. Lundi dernier, les bourses mondiales sont secouées par un krach attendu depuis longtemps, qui ne se calmera qu’après que la Banque centrale américaine ait accepté de baisser ses taux.

Mercredi soir, la Société Générale annonce, devant la planète entière stupéfaite une perte de 7 milliards d’euros, 2 milliards étant causés par la crise dite des "subprimes" et 5 milliards liés à la fraude massive et isolée d’un jeune trader.

Jeudi, la France et l’Europe ne parlent que de ce vol. Fillon en parle depuis Davos, Sarkozy semble l’avoir découvert en Conseil des ministres. Tout le monde croit voir un nouvel Arsène Lupin en la personne du trader "de génie". Pour faire un bon mot, Claude Askolovitch, sur I-télévision, dit que quand le jeune homme sortira de prison, il est prêt à lui accorder la main de sa fille.

Rapidement, la culpabilité du jeune homme, annoncé en fuite, ne fait plus de doute. On s’interroge doctement sur ses complicités (il n’en n’a pas), sur les failles de sécurité dans la Banque (il n’y en a pas), sur la responsabilité de M. Bouton, PDG de la Société générale (il décide de se priver de six mois de salaires).

Samedi, les lecteurs attentifs d’Internet et de la presse trouvent quelques phrases bizarres. Le jeune homme fait savoir par son avocat qu’il n’est pas en fuite, mais en France, et que sa mère l’a rejoint. Le Monde signale, en passant, que la baisse des taux de la Fed serait liée à cette affaire. On apprend que Kerviel est inculpé de "faux et usages de faux" et non de vol. Il est d’ailleurs placé en garde à vue. On entend ici et là qu’il n’y aurait pas enrichissement personnel. On lit, ici ou là, rarement, que la perte aurait été d’un milliard et que les 5 milliards proviendraient de la vente d’actifs incertains en pleine tempête boursière... On commence à s’interroger sur la simultanéité des deux annonces (Kerviel et les subprimes)... Bref, la bouteille à l’encre.

Aujourd’hui, par le biais de son avocat, Jérôme Kerviel commence à donner une version plus réaliste. On peut la lire ici, dans la dépêche AFP. Ce jeune trader n’a pas volé. « Le trader "n’a pas agi à son profit direct et personnel" dans cette affaire qui a provoqué une perte de 4,9 milliards d’euros pour la Société générale, a indiqué le procureur, Jean-Claude Marin. » Il a tenté pour le compte de sa banque des exploits invraissemblable et a contourné les systèmes de sécurité pour que ses ordres puissent passer.

Il faut savoir quand même que les banques, de nos jours, passent leur journée à jouer à de drôles de jeux d’argent. Que pour 1000 barils de pétroles achetés sur les bourses, il n’y en n’a pas même 50 dans les pétroliers, le reste est fictif. On parie que telle action va baisser, on parie qu’elle va monter. On achète à la baisse, on vend à terme, on joue avec des produits dérivés ou avec les dérivés de produits dérivés.

Les "traders" ou "arbitragistes" en charge de ces achats et de ces ventes (les ex "golden boys") carburent pour beaucoup d’entre eux à la coke (pas tous, pas tous), vivent sous adrénaline (tous), brassent des sommes qui défient l’imagination. Ils sont tous en tension permanente, comme un skieur de géant qui skierait pendant dix ans. Ils touchent des salaires colossaux, qui défient l’imagination, puis on les jette comme des citrons, essorés, inutiles, mais riches, très riches.

Jérôme Kerviel a joué avec le feu. Il a désobéi aux consignes de sécurité. Il a consenti des investissements incertains. Il a dissimulé certaines prises de risque. C’est sans doute une faute lourde, qui justifie peut-être le licenciement. Mais ce n’est pas Arsène Lupin. Il voulait faire gagner beaucoup à son employeur et toucher la prime. Les verrous de sécurité n’ont pas fonctionné. Les a-t-ils brisés ? On ne sait pas. On nous crie aujourd’hui que c’est le cas. Mais cela fait une semaine qu’on nous balade.

Mais quoi qu’il ait fait, n’est-ce pas ce système entier qui est complètement fou ? Qui peut laisser un jeune homme de 31 ans acheter pour 50 milliards d’euros (oui, cinquante) de trucs qui n’existent pas "mais ce n’est pas grave parce qu’on les revendra avant d’avoir besoin de les payer" ? Quelle société peut accepter que se créent et se défassent des fortunes de papier qui ne correspondent plus en rien au travail humain, aux consommations, à ce qui a de la valeur ?

Oui, Jérôme Kerviel est le lampiste de service, dans cette affaire. Il serait temps de repenser de fond en comble le pouvoir de la finance dans notre drôle de civilisation.

Est-ce ça une politique de civilisation ?

Pourquoi pas ?

Repost 0
Published by La boulange - dans Articles de journaux
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 07:38
Repost 0
Published by La boulange - dans Médoc-Gironde
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 07:02
Notre députée du Médoc s'attache au dossier de la formation dans l'enseignement agricole:

"Les graves reculs en matière d’enseignement agricole depuis plus de 5 ans sont à dénoncer. En effet, les coupes budgétaires, considérables dans l’enseignement agricole public (réduction de postes au budget 2008, réduction des postes ouverts aux concours et amputation des crédits des établissements) réduisent considérablement l’offre de service public sur le territoire.
(la suite) "
Repost 0
Published by La boulange - dans Médoc-Gironde
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 06:53

Il n'y avait peut être qu'une négociation intéressante dans la réforme des retraites : définir la pénibilité au travail, et adapter les retraites en conséquence. Ces négociations ont échoué. Pourquoi ? Parce que le patronat a fini par nier, mercredi 23 janvier, tout lien entre l'espérance de vie et les conditions de travail. Après 3 ans de discussions. Une position incompréhensible.

"Tout aura été tenté pour que les partenaires sociaux parviennent à un accord interprofessionnel sur la pénibilité au travail. D'abord, les pouvoirs publics leur ont laissé le temps de négocier: patronat et syndicats ont commencé à lerus discussions il y a près de trois ans, en février 2005.

Ensuite, au vu des positions très éloignées des deux parties, le gouvernement a fourni aux partenaires sociaux un groupe d'experts de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) afin de les aider à parvenir à un compromis. Cette négociation est une disposition de la loi d'août 2003 sur les retraites, sachant que le dernier accord interprofessionnel sur les conditions de travail date en France de 1975.

Pourtant, près de trois ans et quatorze réunions après le début de cette négociation, les discussions sont au point mort. La dernière rencontre paritaire mercredi 23 janvier a même constitué une reculade du point de vue des syndicats. Ceux-ci ont en effet été stupéfaits d'entendre la délégation patronale nier tout lien direct entre l'espérance de vie et les conditions de travail (source)."
Ce lien est pourtant prouvé par de nombreuses études. Il suffirait par exemple que la délégation patronale se connecte à l'Observatoire des Inégalités.

L'institut de veille sanitaire avait aussi rappelé en 2006 que
« les plus instruits, les catégories de professions les plus qualifiées et les ménages les plus aisés bénéficient d’une espérance de vie plus longue et se trouvent en meilleure santé ».

Qui est hypocrite ?
Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 06:13

Prestations et minima sociaux se réduisent d’année en année comme peau de chagrin, estime l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), centre de recherches en économie de Sciences-Po, dans sa dernière lettre électronique, Clair & net, en ligne sur son site Internet : www.ofce.sciences-po.fr.

Généralement à peine revus à la hausse, depuis 1984, à hauteur de l’inflation, "la revalorisation a été particulièrement peu généreuse" début 2008, a en effet constaté l’OFCE, qui fait état d’une augmentation de 1,6 % du RMI, 1,1 % du minimum vieillesse et des retraites, et seulement 1 % des prestations familiales, alors que l’inflation s’est élevée à 2,6 % en glissement en 2007 (1,5 % en moyenne de hausse des prix). Et ce alors que, dans le même temps, le plafond de la sécurité sociale était pour sa part relevé de 3,4 %.

Or, compte tenu de modifications intervenues au cours de l’année dernière dans l’évaluation de la hausse des prix constatée en 2007 et prévue pour 2008 (évaluée à 2,2 %), la hausse des prestations aurait dû se situer à 1,9 % en ce début d’année, ont calculé les économistes de l’OFCE. "Mais malgré les protestations des associations et des syndicats, le gouvernement a maintenu la hausse de 1,1 %", avec pour conséquence, analysent-ils, une baisse de pouvoir d’achat des allocataires concernés de 1,5 % en janvier 2008 par rapport à janvier 2007.

"La stagnation du pouvoir d’achat des prestations est une politique de long terme en France" , soulignent d’ailleurs les chercheurs, qui relèvent notamment que "durant les dix dernières années, la base mensuelle des allocations familiales (BMAF) a légèrement diminué en pouvoir d’achat, les gouvernements successifs ayant pris l’habitude de minorer quelque peu l’indexation", avec au final moins 1,9 % de pouvoir d’achat, alors que le salaire moyen aura vu son pouvoir d’achat s’apprécier de 14 % sur la même période.

Quant au RMI, s’il a bien connu une légère hausse de pouvoir d’achat jusqu’en 2001, il a depuis légèrement diminué, affirme encore l’OFCE, en soulignant qu’à sa création, le RMI valait 34,9 % du revenu médian, contre 30 % en 2007.

Même chose pour le minimum vieillesse, qui a connu une érosion similaire, en passant de 52 % du revenu médian en 1984 à 42,5 % l’année dernière.

Repost 0
Published by La boulange - dans Le programme de Sarkozy
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 06:10
Les marchés avaient remarqué des mouvements financiers suspects. Prévenue plusieurs fois, la banque a réagi trop tard.

Salariés de la Société Générale rassemblés pour soutenir leur PDG (Benoît Tessier/Reuters).

Jusqu'où ira la crise de la Société Générale? Mercredi matin, Daniel Bouton a été confirmé au poste de PDG de la banque. Quelques heures plus tard, on apprenait que Jean-Martin Folz, ancien PDG de Peugeot-Citroën, avait été nommé à la tête d'un "comité de crise", au rôle encore flou.

Ce compromis suffira-t-il à dissiper le malaise qui s'est installé dans la communauté financière? Plusieurs signes laissent penser que les marchés avaient remarqué les étranges "positions" prises par le trader Jérôme Kerviel. En tout cas, les alertes se sont multipliées.

"Le Gros" repéré par les marchés était-il Jérôme Kerviel? Dès le mois de juillet 2007, plusieurs traders indépendants ont remarqué les agissements d'un investisseur particulièrement important. Les "positions" (les paris sur l'évolution des valeurs) défendues alors par "le Gros", comme ils le surnommaient alors, sur le marché du DAX, l'indice de la bourse allemande, permettaient dans certains cas d'enrayer les mouvements de baisse. Les explications d'un trader qui souhaite rester anonyme:

Ce "gros" est-il Jérôme Kerviel? La chronologie détaillée par le trader pourrait permettre de mieux comprendre ces mouvements jusque là inexpliqués. L'enquête judiciaire devrait permettre de retracer l'historique des transactions auprès des chambres de compensation. Autre sujet d'interrogation pour les traders: comment la Société Générale est-elle passée à côté de la dissimulation de Kerviel?

Les protagonistes du marché sont en tout cas convaincus que, derrière le "gros" se trouve bien le trader de la Société Générale. 

084

________________________________________________________________

Dès novembre, les Allemands mettent en garde la banque. Eurex, société de trading et de compensation pour les marchés boursiers allemand et suisse, aurait formellement alerté la Société générale sur les agissements de Jérôme Kerviel. Et ce dès la fin de l'année 2005, puis en 2006 à nouveau, en raison de "positions spéculatives" prises sur le DAX.

Au mois de novembre 2007, Eurex réitère son avertissement à la SG en identifiant clairement Jérôme Kerviel, si l'on en croit Jean-Claude Marin, procureur de la République de Paris. Mieux: toujours selon le magistrat du parquet, des alertes internes sont alors déclenchées:

"En l'état, il apparaît qu'un certain nombre d'alertes ont été faites par des responsables de service [de la Société Générale, ndlr] et il semble que ces alertes ont reçu des réponses falsifiées qui ont abouti au constat que les opérations n'étaient pas risquées parce qu'elles étaient couvertes. (...)

"L'enquête ne démontre pas une absolue défaillance des systèmes [de protection, ndlr] de la Société Générale."

Si elle n'est pas "absolue", la défaillance est pourtant criante. Sinon, pourquoi la direction de la banque aurait-elle pris la responsabilité de licencier immédiatement cinq supérieurs hiérarchiques du trader? Par ailleurs, ces alertes d'Eurex semblent correspondre aux opérations décrites par Kerviel devant les enquêteurs de la Brigade financière:

"En janvier 2007, je suis court à la vente sur le DAX car, en fait, je commence à me dire qu'il y a des signes de surchauffe en Asie, et que cela se confirme, je perds sur ma position, car le marché monte. Le deal fictif passe inaperçu, car il n'y a pas de contrôle de cohérence en janvier à la Société Générale.

"En février, mini-krach en Asie, et je coupe ma position. Fin février, je n'ai donc plus de position, avec un résultat de 28 millions d'euros, je suis alors plus que fier et satisfait."

Fin 2007, Kerviel a tellement bien spéculé qu'il peut compter sur un gain potentiel d'1,4 milliard d'euros, gain inavouable parce que résultant d'opérations masquées à sa direction. Ce qui suscite la plus grande perpléxité de notre trader:

Un administrateur qui vend ses actions au bon moment. Son nom sonne comme celui des golden boy de Wall Street: Robert A. Day. Le 9 janvier 2008, cet administrateur de la banque vend un énorme paquet d'actions qu'il possède. En tout, il écoule 900 000 titres au prix de 95,27 euros... Soit un joli pactole de plus de 85 millions d'euros.

Le 18 janvier, rebelote: il vend pour plus de 40 millions d'euros d'actions. Sans oublier deux fondations (la Robert A. Day Foundation et la Kelly Day Foundation) qui, le 10 janvier, ont vendu 8,63 millions d'euros et 959 066 euros d'actions Société générale.

Ce millionnaire américain a-t-il bénéficié d'une information privilégiée sur les risques d'une chute brutale du titre? Ou a-t-il simplement eu du flair? Rien de tout cela, affirme la direction de l'établissement:

"Avant ces cessions, R. Day, comme les autres membres du conseil, n'était pas informé des pertes de trading de J. Kerviel."

En tout cas, les doutes sont suffisants pour que l'Autorité des marchés financiers (AMF) décide d'ouvrir une enquête sur un éventuel délit d'initié. Dès lundi, l'Association des petits porteurs actifs (Appac) a réclamé l'ouverture d'une information judiciaire.

Ce matin, ils sont rejoint par l'Association des actionnaires salariés de la Société Générale (Assact-SG) qui porte plainte contre X. Or, cette association est le premier actionnaire de la banque avec 6,48% du capital, et 10,93% des droits de vote. Dans un communiqué rédigé mardi soir, elle précise:

"[Il est de notre devoir] de contribuer à faire toute la lumière sur les récents mécomptes dont sont victimes tous les actionnaires de la Société Générale et notamment les salariés et anciens salariés"

Le gouvernement a-t-il bien réagi? Dernière interrogation: le gouvernement peut-il encore faire quelque chose pour limiter la crise de confiance? D'après Le Canard Enchaîné, Nicolas Sarkozy a été prévenu dès le mardi 22 au soir, bien avant que la nouvelle ne soit rendue publique jeudi 24 au matin. Et une semaine avant de faire sa première déclaration sur le sujet, dans laquelle il suggère fermement la démission de Daniel Bouton.

Le Premier ministre, François Fillon, furieux d'avoir été alerté après la ministre des Finances, a tancé Christine Lagarde, réclamant un "rapport d'enquête" sous les huit jours. Du coup, la locataire de Bercy joue "profil bas", en promettant de lui remettre un document dès lundi prochain:

"Il précisera le déroulement exact des faits, y compris après leur découverte par la direction de la banque et avant la diffusion de l’information au public, ainsi qu’une première appréciation sur la manière dont les contrôles internes de la banque ont fonctionné.

Le rapport comprendra également des préconisations sur le renforcement des contrôles internes et externes de ce type d’opérations.

Par ailleurs, Christine Lagarde dément formellement avoir été informée par qui que ce soit de l’existence d’une fraude à la Société Générale avant mercredi 23 janvier 2008 à 8h. C’est lors d’un entretien téléphonique avec le président de la Société Générale que l’opération frauduleuse lui a été révélée."

Entretemps, la banque avait "débouclé" toutes les opérations litigieuses imputées au trader, sur un solde négatif de 4,8 milliards d'euros. Record battu.

Repost 0
Published by La boulange - dans pipolerie
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 06:06
Le chanoine Nicolas Sarkozy  vit en ce moment un double mouvement : il s'enfonce radicalement et profondément dans les sondages d'opinion. Les français ne lui font plus confiance (ils auraient un tant soit peu ouvert les yeux au moment de voter, ils s'en seraient rendu compte les 42% d'électeurs qui ont installé sur le trône un pigeon voyageur sauteur).

Sarkozy laicite sarkosi sarkozi sarkosy sarkostique 1905 religion eglise sarko musulman
Merci à Florian Roulies

Parallèlement à cette baisse qui ressemble en fait à une chute vertigineuse en si peu de temps (le sol se rapproche rassurez vous, il va bien finir par s'écraser !) il honore un peu plus chaque jour son statut de Chanoine de Latran. Il n'est donc plus si "honoraire" que cela quand on écoute ses propos.

Sarkozy laicite sarkosi sarkozi sarkosy sarkostique 1905 religion eglise sarko musulman
Merci à Giemsi

Ce qui est curieux dans son comportement c'est qu'il ressemble comme deux gouttes de Wiskey à ceux d'un ancien alcoolique tombé dans la dépendance divine (sans doute pire que l'ébriété chronique). Vous l'avez reconnu il s'agit du dresseur de Caniches : Georges W Bush.

Sarkozy laicite sarkosi sarkozi sarkosy sarkostique 1905 religion eglise sarko musulman
Merci à Delucq

C'est ainsi que ce jour il en a remis une louche pour exalter les racines chrétiennes de l'europe. Outre que cela dénote une connaissance de l'histoire très approximative (on doit se situer à la fin du cycle moyen), cette déclaration énamourée est très bien placée pour faire oublier les sujets qui fâchent.

Sarkozy laicite sarkosi sarkozi sarkosy sarkostique 1905 religion eglise sarko musulman
Merci à Lefred-Thouron - Le Canard Enchaîné

Même si les journalistes commencent, pour certains, à sortir de leur sarkozysme béat, il reste que c'est bien joué de la part d'un gesticulateur de plus en plus en manque de diversions.

Sarkozy laicite sarkosi sarkozi sarkosy sarkostique 1905 religion eglise sarko musulman
Merci à Enzo

La technique du Chanoine non abstinent sur tous les plans, est rodée et  a été de maintes fois expliquée et illustrée ici. N'empêche, elle permet encore d'occuper quelques gogos et de donner du biscuit à ses soutiens de plus en plus discrets, voire disparus.

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee
Merci à Delambre

Car Sarkophage ne souhaite pas agraver la dépression des Sarkolatres nombreux ici jusqu'à pas si longtemps, qui aujourd'hui sont contraints de bouloter du tranxen et du prozac pour ne pas commettre l'irréparable. C'est que la dépression ne peut-être que sévère quand on ouvre enfin les yeux après les avoir volontairement fermé pour se faire enfler avec le sourire.

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee
Merci à Philippe Tastet

La Sarkolatrie va ainsi rejoindre la Chiracolatrie, la Mitterandolatrie et le Gaullisme. Tant de beaux attrapes nigauds au succès pourtant massif.  Sarkophage pardonne bien sûr à tous ces imbéciles maintenant malheureux, d'avoir avec le sourire et leur bêtise revendiquée, porté au pouvoir un adolescent attardé,  en retard d'un bon siècle sur son temps. Là est la vraie grandeur, absoudre la bêtise et pardonner son affichage !

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee
Merci à Lefred-Thouron - Le Canard Enchaîné
Repost 0