Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 05:36



Face à une sécheresse qui s'accélère, Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, demande une accélération des décisions. Cotes mal calées, arrêtés de restriction ou d'interdiction de pompage qui arrivent trop tard : dans un contexte déjà difficile, les arrêtés de restriction ou d'interdiction se sont fait attendre souvent plusieurs jours, alors que l'urgence est caractérisée.

En effet, en raison d’un important manque de précipitations en juillet, une détérioration de la situation est observée par rapport au mois de juin. En juillet les débits moyens des cours d'eau sont apparus inférieurs voire largement inférieurs aux débits interannuels historiques sur la majorité des stations de Poitou-Charentes. Fin juillet, 400 kilomètres de ruisseaux et rivières étaient à sec.

C'est pourquoi la Présidente de la Région Poitou-Charentes demande à l'Etat de prendre d'urgence toutes les mesures visant à préserver la ressource en eau. On voit encore de l'irrigation intensive en plein jour !

Aux côtés des maires des communes concernées, des associations de pêcheurs et de très nombreux habitants, Ségolène Royal et le Conseil Régional lancent un appel à la responsabilité et à l'action pour préserver l'eau, ce bien collectif et précieux.

Repost 0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 08:05

 
 
06 août 2009 - 19:30

Contrairement à ce qu'affirme l'UMP, aucun chef de gouvernement n'a par le passé, comme vient de le faire M. Fillon, menacé une région de ne pas desservir des villes par un TGV si elle ne participait pas aux financements. Comment s'appelle une menace pour obtenir des financements, en l'occurrence à hauteur de 100 millions d'euros ? Cela s'appelle du racket. Cette menace a été faite par courrier du Premier Ministre (voir ci-joint courrier en date du 27 juillet 2009). Sans doute pensait-il qu'elle passerait inaperçu au milieu de l'été. Un TGV relève du financement de l'Etat; les Régions sont chargées des trains régionaux. Mais les caisses de l'Etat sont vides alors que celles de la Région, bien gérées, ne le sont pas.

Si les élus de la Région sont très mécontents contre ce chantage immoral de l'Etat, c'est parce que les investissements dans la croissance verte, où la région est à l'avant-garde, sont prioritaires et que l'on ne veut pas augmenter les impôts. C'est aussi parce que nous avions proposé toutes tendances politiques confondues une solution, l'achat de terrain de la LGV par l'Etablissement Public Foncier Régional, ce que le premier Ministre a refusé sans explication convaincante.

L'UMP ferait mieux d'"appeler à la raison" les banquiers, qui, alors qu'ils ont reçu des fonds publics, viennent d'annoncer des versements de bonus scandaleux aux traders. Ce qui est à comparer avec le sort injuste réservé aux ouvriers de Fabris concernant la prime de départ qu'ils demandaient pour leur dignité suite à la liquidation de leur entreprise.

Documents PDF joints :

1 - Courrier de la Présidente de Région en date du 19 juillet 2009 proposant la solution définie toutes tendances politiques confonfues au financement de la LGV. (Cliquer ici)

2 - Courrier du Premier Ministre en date du 27 juillet 2009 indiquant "qu'en l'absence d'engagements fermes de votre part, les documents de consultation de l'appel d'offres intégreront la possibilité de reporter à une date ultérieure la réalisation de certains raccordements [...]." Sont concernés, sans être mentionnées, les gares de Poitiers et de Chatellerault. (Cliquer ici)

3 - Un argumentaire explicitant la décision de la Présidente de Région. (Cliquer ici)

Repost 0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 05:48



Poitiers le 31 juillet 2009

Monsieur le Premier Ministre,

Dans le cadre du financement de la ligne LGV Sud-Europe Atlantique pour laquelle le Gouvernement exige une participation des collectivités territoriales, je vous ai proposé le 19 juillet dernier une solution recueillant le consensus de tous les départements et de toutes les agglomérations du Poitou-Charentes. Vous m’indiquez dans votre courrier du 27 juillet que le Gouvernement écarte cette solution et vous demandez que la Région s’engage sur le protocole de financement.

Je déplore cette attitude politicienne qui méprise la démocratie locale. La poursuite du chantage que vous faites, consistant à conditionner les raccordements assurant la desserte des villes de Poitou-Charentes à l’apport des collectivités locales, traduit un manque de respect et de connaissance des contraintes locales. Je relève d’ailleurs que votre menace de ne pas engager immédiatement ces raccordements (rendant leur réalisation assez illusoire dans le futur) est contradictoire avec les objectifs de rentabilité de la nouvelle ligne.

Face à cette menace, nous avons décidé les départements et les agglomérations, pour protéger Poitiers et Châtellerault, de céder à votre chantage immoral, malgré l’irresponsabilité de votre démarche. L’Etat qui gère mal a les caisses vides et rançonne la Région qui gère bien, et n’a pas les caisses vides.

La bonne gestion de la Région, sans augmentation d’impôt, ne permet toutefois pas de compenser la défaillance du Gouvernement et nous devons remettre en cause d’autres investissements pour compenser cette dépense indue car je ne veux pas qu’elle pénalise les contribuables qui souffrent déjà beaucoup de la vie chère. Nous observons également que les annonces du plan de relance gouvernemental ne correspondent à rien de sérieux.

La bonne gestion de la Région démontre que le pays pourrait être géré autrement avec efficacité et justice.

L’apport financier de la Région Poitou-Charentes sera de 110 millions d’euros d’autorisation de programme pour les infrastructures ferroviaires nationale (LGV et autoroute fret ferroviaire). Sur cette base, je vous informe que j’ai fait remettre au Préfet de Région le protocole de financement signé.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma haute considération.

Ségolène Royal

Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 07:38

 

 

Chères amies, chers amis,


L'été nous invite à faire une pause, à prendre du recul et de la hauteur.

Je ne veux pas ajouter à la cacophonie du Parti socialiste, qui a plus que jamais besoin de travail, d'idées neuves, et de sérénité. Ne nous abîmons pas dans les concours de petites phrases qui écoeurent les Français. Travaillons à relever la gauche, face à une droite arrogante et trop sûre d'elle-même. Travaillons à rendre possible une nouvelle espérance.

Avec vous, j'ai porté les couleurs de la gauche à l'élection présidentielle de 2007. Avec vous, j'ai porté l'exigence de la rénovation lors du débat du Congrès. Cela me crée des devoirs. J'ai, en effet, une responsabilité particulière : celle d'agir pour rassembler nos forces et aider le PS à changer vraiment, en profondeur.

Chacun comprendra donc, fidèle à ma conception de la politique, que je ne veuille pas être instrumentalisée dans un quelconque courant ou sous-courant, à l'heure où le PS souffre d'être si fragmenté. C'est pourquoi, en réponse à vos questions arrivées nombreuses sur le site, je ne prendrai pas part aux multiples initiatives de courants qui vont avoir lieu cet été, en leur recommandant d’être sérieux et respectueux de chacun, et à faire des propositions crédibles pour améliorer la situation du pays.

Et je vous invite d'ores et déjà à venir nombreux, le samedi 19 septembre à Montpellier, pour la Fête de la Fraternité (précédée d’une Université populaire participative) organisée par nos amis de Montpellier, notamment Brahim Abbou. Ce temps d'échange, de travail et de convivialité sera ouvert à tous, sans exclusive ni exclusion, ouvert à tous les adhérents de Désir d'avenir, à tous les militants et sympathisants de gauche, et au-delà, à tous ceux qui partagent l'espoir d'un monde nouveau.

Retrouvons-nous ensuite à Poitiers du 1er au 4 octobre pour l’Université européenne et internationale organisée avec Edgar Morin sur le thème : « Au-delà du développement. Les sept défis pour une politique de civilisation ».

Bon été à tous. Rendez-vous à la rentrée, en grande forme !






Ségolène Royal

Repost 0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 17:35
RAIL. Dans un courrier à François Fillon, la présidente de Poitou-Charentes renvoie la patate chaude du financement dans le camp gouvernemental

Ségolène Royal a voulu préserver les dessertes TGV. (photo ph. taris)
Ségolène Royal a voulu préserver les dessertes TGV. (photo ph. taris)

Si l'on en croit Charles Trenet, « les enfants s'ennuient le dimanche ». Preuve qu'elle n'est plus une enfant depuis longtemps et qu'elle n'a rien contre le travail dominical quand l'actualité l'impose, Ségolène Royal a pris sa plus belle plume, dimanche dernier, pour écrire à François Fillon. Et lui proposer une solution pour sortir de la véritable crise qui oppose depuis des mois Poitou-Charentes à l'État dans le dossier du financement de la section Tours-Bordeaux de la fameuse LGV Sud Europe Atlantique.

« Problème politique »

Rapide retour en arrière afin de se remettre en mémoire les pièces du puzzle. La réalisation des 302 kilomètres de ce tronçon Tours-Bordeaux va coûter 7,2 milliards d'euros. Il sera concédé à un opérateur privé qui va payer la moitié de cette facture, le solde étant réglé à 50-50 par l'État et les collectivités territoriales.

Quantité de ces dernières se sont fait tirer l'oreille pour mettre la main au portefeuille, avec souvent un argument en béton : l'État sarkozyste vient faire les poches des collectivités pour faire face à des dépenses lui incombant alors que, dans le même temps, avec son bouclier fiscal, il accorde d'énormes cadeaux (souvent chiffrés à 15 milliards) aux plus riches.

Dans bien des cas, après des discussions dignes de marchands de tapis de base, des accords ont fini par être trouvés. Sauf avec une irréductible Gauloise campée sur ses positions : la dernière à avoir fait front, clamé son opposition, n'est autre que Ségolène Royal, la présidente de Poitou-Charentes. Ce qui a fait dire à un observateur de ce dossier : « Le problème est politique. » Une analyse d'une telle finesse qu'elle peut mériter le prix « Bonjour, j'arrive... ».

« Chantage » Et voilà que, dimanche dernier, sans doute inspirée par la douce tranquillité de la campagne deux-sévrienne, Ségolène Royal a adressé une longue lettre au Premier ministre.

Il y a sans doute longtemps que François Fillon n'avait été aussi sévèrement critiqué en si peu de lignes. En près de trois feuillets très serrés, tous les aspects de sa politique sont vigoureusement dénoncés, en particulier ceux concernant ses propositions au Parlement tendant à réduire les recettes des collectivités territoriales.

Plus de 10 millions d'euros par an pour Poitou-Charentes à l'horizon 2010, « ce qui aurait pu constituer une ressource pour que le budget régional abonde les projets lancés par l'état », raille Mme Royal. Qui explique pourquoi elle va finir par payer pour cette ligne. En clair, parce qu'elle cède au « chantage » exercé par l'état de « supprimer la desserte de Poitiers, Châtellerault et Angoulême ». « Je suis attentive à l'intérêt général dans la Région Poitou-Charentes comme dans l'ensemble de la France », glisse-t-elle en forme de message très clair.

Et de finir par entrer dans le détail de la mise en oeuvre du « prélèvement que vous exigez au titre de la LGV ». En fait, c'est par le biais de l'établissement public foncier régional qu'elle propose de procéder à cette contribution forcée.

Étrange convergence

Cette structure comprend la Région, les quatre Départements (dont celui présidé par Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports...), les sept agglomérations. Il pourrait, selon Mme Royal, acquérir les terrains d'assises nécessaires aux travaux, participer à la réalisation de certains travaux complémentaires, prendre en charge les frais d'études correspondants. « Les biens acquis par l'établissement, intégrés dans son patrimoine, seraient mis à disposition de RFF pour la durée de la concession », précise-t-elle avant de souhaiter que la signature du protocole de financement intervienne avant la fin de ce mois.

Fin juillet, c omme c'est étrange. En début de mois, Nicolas Sarkozy avait décidé de lancer le second tour d'appel d'offres auprès des candidats à la concession en assurant, devin, que « le plan de financement serait bouclé fin juillet ».

Ségolène Royal vient de se mettre en quatre pour lui donner raison.

Auteur : Patrick Guilloton
Repost 0
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 06:18

14 juillet 2009 - 12:15

Par Delphine Batho

Si un artiste construisait délibérément sa notoriété sur des paroles d'une violence extrême, de nature homophobe ou raciste, y aurait-il le moindre débat sur la liberté d'expression ? Certainement pas et de tels propos seraient heureusement unanimement condamnés.

La mauvaise polémique sur la décision du festival des Francofolies est symptomatique d'une profonde confusion et d'une acceptation désolante de la haine sexiste dans notre société.

Que Jack Lang ou Frédéric Lefebvre considèrent la provocation à la violence envers les femmes relèvent de la liberté d'expression est consternant et très grave pour eux. Cela montre que la lutte contre la violence est en fait, pour l'UMP, une conviction à géométrie variable.

Aucune incitation à la violence, d'aucune sorte, quelle qu'en soit la cible, ne devrait être considérée comme une liberté

Repost 0
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 06:55


 

A propos des Francofolies une extraordinaire polémique a éclaté. Rendez vous compte cet "artiste" à qui son apport à la musique doit être aussi important que l’intégralité des films de cul au 7eme art, aurait été censuré par Ségolène Royal en personne… Bref la gloire à l’état brut à défaut d’un talent encore au stade du diamant brut… loin s’en faut... 

A moins de juger qu’une envolée du niveau d’un "je vais t’avorter à l’opinel" soit dans la lignée d’un Rimbaud ou d’un Céline… bon pourquoi pas… Christine Lagarde est bien ministre de l’économie…

Non le plus drôle dans cette non histoire… c’est de mettre un nom sur le trou du cul qui a lancé cette affaire… un certain Frédéric Lefebvre… pitbull Umpiste de son état. Comme ce dernier se veut désormais, Défenseur de la liberté d’expression, j’ai pris cette liberté linguistique… car il n’en sera donc pas choqué.

D’ailleurs, il semble même que Jean-Louis Foulquier (fondateur des Francofolies) accrédite la thèse d’une censure exercée par la sorcière du Poitou…

On pourrait y souscrire sans l’ombre d’une hésitation si cet individu n’était pas en compte (le blog à disparu mais pas les flux rss… putain c’est chiant l’informatique)… ben oui…il a soutenu une certaine Dominique Morvant (UMP) lors des législatives 2007 en Charente Maritime… C’est ballot tout de même et ça n’a effectivement aucun rapport, cela va de soi, c’est juste troublant… hein Jean-Louis ?...

J’en termine rapidement, car le plus grotesque c’est de voir l’UMP se saisir de cette notion de liberté d’expression quand au même moment la même UMP veut, désormais dans le cadre d’Hadopi 2, pouvoir contrôler nos mails privés

Arfff, j’allais oublier un truc, les propos de Gérard Pont tenus dans l’Express, actuel directeur des Francofolies :

"Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes, est-elle intervenue pour déprogrammer Orelsan prévu le 14 juillet ?"

 

"Non, absolument pas. En février, j’ai appelé son assistante pour connaître la position de Ségolène Royal sur la venue du rappeur : elle était contre. Mais cela ne m’a pas empêché de l’inviter. "

 En photo, ce que Oreslan ne pourra jamais être...

Marc Vasseur

Nb: Marc Vasseur est le bloggueur qui a participé au débat "sur Arret sur images" sur le problème du PS à Hénin-Beaumont

Repost 0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 17:14

 

 

 

"J'espère que l'exemple de Poitou-Charentes va pousser l'Etat à être beaucoup plus offensif lorsqu'il faut défendre des entreprises stratégiques", a déclaré la présidente socialiste de la région, en réagissant à la reprise d'Heuliez par le groupe Bernard Krief Consulting.

Une usine heuliez (Sipa)

Une usine heuliez (Sipa)

Le tribunal de commerce de Niort a validé mercredi 8 juillet le plan de reprise de l'équipementier et constructeur automobile Heuliez (1.000 salariés) présenté par le groupe Bernard Krief Consulting, seul candidat en lice.
Le groupe avait présenté son offre jeudi au tribunal de commerce. A la sortie de cette réunion, le président de Bernard Krief Consulting Louis Petiet avait indiqué que le plan prévoyait la reprise de "600 salariés" et "un effectif de 800 à 900 d'ici à trois ans". Selon lui "le plan de reprise s'élève entre 50 et 80 millions d'euros".

Partenaires étrangers


Louis Petiet avait précisé que le groupe s'appuyait sur des partenaires étrangers, originaires notamment du Moyen-Orient et de Chine pour rassembler les fonds nécessaires. Bernard Krief Consulting est un groupe spécialisé dans le conseil aux entreprises et, depuis cinq ans, dans la reprise de sociétés en difficultés.
L'entreprise familiale fondée par Adolphe Heuliez en 1920 et installée depuis à Cerizay (Deux-Sèvres) est l'un des plus gros employeurs du département.
Heuliez avait été placé en redressement judiciaire le 15 avril. L'entreprise emploie 1.000 salariés à Cerizay (Deux-Sèvres).

Une "belle victoire", selon Ségolène Royal


Ségolène Royal, présidente socialiste de la région Poitou-Charentes, a déclaré que cette reprise d'Heuliez était "une belle victoire". L'ancienne candidate du PS aux élections présidentielles a tenu à souligner que la région Poitou-Charentes entre au capital de l'équipementier automobile à hauteur de "5 millions d'euros".
"C'est la démonstration qu'avec du courage, de l'obstination, du travail, des solutions existent et qu'un autre modèle économique est possible, c'est un message d'espoir pour toutes les entreprises françaises qui sont imaginatives, comme ici pour la voiture électrique et propre", a assuré Ségolène Royal au cours d'une conférence de presse.
L'ex-candidate à la présidentielle s'était fortement impliquée dans la défense de l'entreprise.
Elle a expliqué que la région, "visionnaire", selon elle, "garantit la moitié des emprunts qui sont faits par le repreneur", et qu'elle va également mettre "en place la sécurité professionnelle pour 220 salariés pour maintenir 90 % des salaires et pour leur apporter une formation professionnelle".
"J'espère que l'exemple de Poitou-Charentes va pousser l'Etat à être beaucoup plus offensif lorsqu'il faut défendre des entreprises stratégiques", a-t-elle déclaré. (Nouvelobs.com)
Repost 0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 18:38
Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 03:31

Désirs d'Avenir Lacanau a décidé de reprendre les propos de Ronald d'Intox2007 , propos un peu crus mais tellement vrai sur ce qu'est Ségolène Royal.

Depuis longtemps que Madame Royal est autre chose que ce que des trolls UMP (Lefrebvre, Sarkozy et autres), des trolls de certains "socialistes" (Vous savez le fameux mot: Qui va garder les enfants!!!) veulent nous la présenter .

Ces présentations sont scandaleuses. Et nous remercions , Ronald de remettre les pendules à l'heure.

A DA Lacanau, en début 2006 quand nous avions crée ce petit comité local, nous sentions que Ségolène Royal en "avait" . En regardant sa façon d'agir, de gérer sa région (savez vous que cette région est une des mieux gérées, que la notion de développement durable, de solutions écologiques ne sont pas des mots mais des réalités) , nous sommes persuadés que le RDV de 2007 a été perdue non pas sur sa campagne mais par des personnes aux égos surdeveloppés et/ou des politiciens de droite qui ont vu le danger .

Si en 2007, Sarko avait été battu , la France ne serait pas descendue si bas (libertés, sociales etc)

Ne ratons pas 2012.

 

L'idée de ce billet m'est venue en discutant avec des gens lors d'une rencontre imprévue. Bref, de l'IRL. Et là on m'a demandé ce que je pensait de Ségolène Royal, j'ai expliqué divers trucs et puis, une remarque est venue "Elle s'en sort bien, de plus en plus". S'en sortir de quoi ? et bien m'a-t-on répondu de son image de cruche. Parfois certains me disaient qu'on ne pouvait pas lui faire confiance à cause du manque de sérieux de la dite cruche à l'international. Les faits récents, tombés juste avant cette discussion ont montré que certains vont devoir revoir leur jugement.

En effet tout le monde l'a appris, ou mérite de l'apprendre Ségolène Royal, la sorcière a donc obtenu deux responsabilités: La vice-présidence de l'internationale socialiste, et puis une chose liée aux nations-unies.

En effet Ségolène "a été sollicitée en tant que présidente d'une région ayant été citée comme exemplaire dans la coopération menée avec une région du Sénégal dans le domaine de l'énergie solaire et du micro-crédit". Ségolène Royal sera chargée "d'œuvrer à la reconnaissance de l'action des régions, aux côtés des Etats centraux, comme élément clef dans la lutte contre les changements climatiques" et sera présente à la conférence sur le réchauffement climatique de Copenhague en décembre 2009.

(la suite)
Repost 0