Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 07:19
 Et bien voilà il est enfin constitué ouvertement ce TSS et qu'on ne vienne pas dire le contraire. Le ralliement clair et net d'Hamon à Aubry dès le vote montre que cela était prévu de longue date et donc que finalement Hamon n'est pas un commandant mais un caporal au service d'intérêts qui lui sont supérieurs. Au moins c'est clair et cela aura le mérite d'éviter de nous tromper sur le bonhomme.

Nous aurons donc demain un duel entre ségolène Royal et martine Aubry. Aubry qui sera donc officiellement soutenue par tout ce que le PS compte de courants et donc d'éléphants: Jospin-Rocard-Fabius-DSK-Lang-Mauroy-Emmanuelli. Tous ceux qui représentent ce vieux parti finalement et qui veulent que rien ne bouge car tel que le PS est organisé ils en contrôlent tous les codes d'accès. Ils n'ont aucun intérêt à voir arriver de nouveaux militants et pire à ce que l'on demande l'avis aux militants! Cela va à l'encontre de ces sachants qui comptent encore nous imposer leur parole de Solferino.
Malheureusement pour eux ils auront comme adversaire tout ce qu'ils rejettent comme étant incompatible avec leur conception du parti. Ségolène Royal représente un parti populaire, dynamique, démocratique et ouvert. Un parti capable d'entrainer à nouveau les forces sociales progressistes de ce pays et d'ailleurs pour peser sur le changement du monde. Ce vieux parti immobile qui n'a pas travaillé va donc se trouver confronté au mouvement, à l'enthousiasme, à la ferveur populaire. Les vieux barons n'en veulent pas.

La situation est donc idéale et claire pour tout le monde. Derrière Aubry une coalition hétéroclite qui n'a pour seul objectif que de faire barrage à ségolène Royal. On ne leur demandera pas leur programme ni leur position sur l'Europe par exemple. C'est dans 8 mois...
Nous, autour de ségolène Royal, nous nous trouvons dans la situation espérée puisque nous n'avons eu besoin de passer d'alliances avec personne. Des alliances qu'on pourrait s'empresser de nous faire payer. Ce ne sera pas le cas et nous aurons donc les mains libres pour organiser la direction du parti avec des gens motivés et sincères dans leur volonté de rénovation. Que demander de mieux que de pouvoir travailler en équipe solide et solidaire pour œuvrer à la nécessaire rénovation du parti? Quelle chance pour le PS et pour la gauche.

La dynamique est donc clairement enclenchée en notre faveur. Il faudra conclure demain pour ensuite faire clairement rentrer le soicalisme dans le XXI ème sècle avec ségolène Royal et son équipe.
Par Asse42
Repost 0
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 07:12
Repost 0
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 07:10

Cher(e)s camarades,

Nous revenons de Reims meurtris de l'image indécente que notre Congrès a donnée de notre Parti.

Alors que 80 % des militants étaient en droit d'attendre une synthèse sur une ligne économique et sociale largement partagée, des considérations de personnes, des faux prétextes et un front de faux amis ont délibérément sabordé un Congrès attendu par les Français.

Ce résultat irresponsable donne raison à Ségolène Royal et à son projet politique de rénovation profonde de notre Parti.

Ce que l'on a vu à Reims et ces derniers jours est dangereux pour notre Parti et accablant pour les Français.

Nous en sortons confortés dans l'idée qu'il faut changer de pratiques politiques, nous ouvrir au peuple, porter aux responsabilités une nouvelle génération de femmes et d'hommes. Cette nécessité, éclatante depuis Reims, fait violence à ceux qui préfèrent demeurer entre eux.

Cette nécessité saute aux yeux. Elle doit rassembler une majorité de militants sincères, attachés à leur Parti et désireux de restaurer sa crédibilité pour remettre la Gauche en situation d'alternance.

Pour la première fois le Parti Socialiste est confronté à des comportements irrationnels et délibérément destructeurs de la part de ses élites, au point qu'il doit s'en remettre au vote de ses militants.

D’aucuns ne s’y sont pas trompés et ont su prendre leurs responsabilités : après le soutien apporté par le Pôle écologique de Christophe Caresche, Député de  Paris, et de Philippe Plisson, Député de la Gironde, de nombreux militants et élus de la motion A, partout en France, nous font part de leur soutien et appellent souvent publiquement à voter pour Ségolène Royal.

Mais c'est à vous, chers camarades, qu’il appartient, en conscience et en toute indépendance, de sauver notre Parti des avidités personnelles qui le menacent et des manipulations de ceux qui depuis Rennes en 1990, ne veulent partager ni les places, ni l'influence.

En 1971 François Mitterrand a du forcer le changement au sein de la vieille SFIO pour créer le Parti conquérant des années 80.

Aujourd'hui c'est à vous militants et militantes de forcer la ligne Maginot du conservatisme qui veut faire obstacle à un socialisme de notre époque.

Pour effacer l'image et les fractures déplorables qui se sont révélées aux Français à Reims le vote militant de jeudi doit être massif et net !

Seule une très nette majorité en faveur de Ségolène Royal effacera Reims et rendra le Parti gouvernable.

Votre responsabilité est sans précédent.

L'Avenir de notre Parti et des espoirs qu'il porte à Gauche sont entre vos mains.

Nous comptons sur vous, sur votre conscience de l'enjeu et sur votre indépendance dans l'isoloir.

Amitiés socialistes

GILLES SAVARY, VINCENT FELTESSE, MICHELE DELAUNAY, PASCALE GOT et ANDRE GREZE.

Repost 0
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 06:50

Le PS est la maison commune de tous les socialistes. Et c’est parce que nous en sommes fiers, fiers de ce qu’il est, fiers de son héritage, fiers de ses valeurs que nous voulons le transformer, comme il a su le faire tout au long de son histoire.

Le Parti socialiste doit être, encore et toujours, aujourd’hui comme hier, meilleur que la société qu’il prétend transformer. Dans ce but, nous proposons à tous les militants un contrat de gouvernance, fondé sur le respect et la transparence.

Nous défendrons trois principes

1. La collégialité : parce que nous voulons un travail collectif, parce que nous refusons tout repli sectaire ou partisan, l’équipe de direction sera l’équipe de tout le parti et de tous les socialistes. Elle fera appel à tous les talents issus de toutes les motions et de toutes les sensibilités.

2. L’engagement personnel : les membres de l’équipe de direction prendront l’engagement de se consacrer pleinement à leur tâche.

3. La solidarité : parce que la capacité du Parti socialiste à être entendu et son efficacité reposent sur le respect de la décision collective, la plus grande liberté dans la discussion sera suivie de la plus grande solidarité dans l’expression.

L’équipe s’engagera sur un programme de travail en sept points

1. La droite aggrave les effets d’une crise mondiale devant laquelle l’Europe est pour l’heure impuissante. Nombreux sont celles et ceux - personnes âgées, jeunes, salariés précarisés, responsables de PME - qui vivent durement les conséquences de cette crise. Nous devons leur prouver que le PS les défend. A partir d’un état des lieux conduit dans toutes les fédérations, nous élaborerons un plan d’urgence économique et social, porté, au Parlement et auprès des Français, par une grande campagne nationale.

2. Parallèlement, nous proposerons un Forum global européen associant le PSE, partis socialistes et progressistes, syndicats, entrepreneurs, représentants des services publics, associations, ONG, universitaires des vingt-sept Etats-membres de l’Union. Tous ensemble, nous devrons élaborer une stratégie commune européenne face à la crise. Nous préparerons ainsi de la manière la
plus unie possible les élections européennes de 2009, l’enjeu étant de faire naître une majorité de gauche au Parlement européen.

3. Forts de ces nouvelles propositions, et parce que nous ne sommes pas assez nombreux au Parti socialiste, nous lancerons une vaste campagne d’adhésions. Nous le ferons en proposant aux militants une cotisation modique qui n’exclue personne, ni les jeunes, ni les chômeurs, ni les retraités, ni les salariés précaires.

4. Parce que l’orientation du Parti est d’abord l’affaire de tous les militants, nous tiendrons une convention nationale sur la stratégie d’alliances du PS et notamment sur la constitution d’une coalition « Arc-en-ciel ». Elle servira d’acte fondateur à l’élaboration
d’un programme de gouvernement avec toutes les forces de la gauche. Car notre méthode est claire : d’abord le rassemblement de la gauche autour d’un contrat de gouvernement, ensuite la main tendue à tous les démocrates pour battre la droite, sur la base de notre projet et de nos valeurs.

5. Pour transformer notre Parti, nous organiserons une convention de la rénovation. Seront remis à plat les modes de fonctionnement du PS, son adaptation à la société de l’information, les nouveaux modes de militantisme, ainsi que la question des primaires ouvertes pour la désignation du candidat de la gauche à l’élection présidentielle.

6. Alors que la droite étrangle les territoires, nous organiserons, avec la FNSER et les associations d’élus des Assises de l’innovation territoriale. Nous mettrons en commun les bonnes pratiques, les innovations des collectivités territoriales dirigées par les socialistes, les nouveaux enjeux de la décentralisation. Ces assises permettront de préparer les élections régionales et cantonales de 2010 et 2011.

7. Le PS doit retrouver sa fonction offensive dans la bataille idéologique et, à tout moment, donner aux citoyens l’information pédagogique leur permettant de devenir les analystes, non seulement de leur propre situation, mais aussi des situations nationales et internationales. Nous créerons l’université populaire de la connaissance, attirant à nous intellectuels, chercheurs et universitaires. Nous le ferons avec nos fédérations car celles-ci doivent désormais être placées au cœur du Parti socialiste.

Repost 0
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 13:09

Oui entre les mots et les faits que choisir?
Les mots se sont ceux que nous avons entendus à Reims avec des envolées lyriques dignes d'une SFIO finissante.
Les mots se sont du style "
plus à gauche que moi , tu meurs !  Le MODEM c'est caca!, etc"
Les faits ce sont 80000 militants du PS qui sont partis en 18 mois.

Alors alliance (rassemblement oh le doux nom, etc) ou pas, ouvrir les fenètres du PS ou pas
Notre choix à DA Lcanau est clair:

Nous soutenons Ségolène Royal.

Ah les alliances avec le MODEM...

Entendons ce que dit notre camarade Martine LIgnères-Cassou.:

Martine Lignières-Cassou déclare sur son site web :

"Après réflexion je pense que Ségolène Royal est sans doute la meilleure des candidats. Elle peut être celle qui incarne le renouveau, même si il y a certains points que je ne partage pas avec elle, à commencer par sa posture « évangélique ». (...) Pourtant, je veux croire qu'elle pourra faire bouger les choses. Quant à la question des alliances, c'est un faux procès que l'on lui fait. Après mon élection à la mairie de Pau face à François Bayrou, je pense que je suis, contrairement à certains ou certaines, la mieux placée pour en parler !"

Pour paraphaser le slogan, anti-féministe au possible, utilisé pour relancer la candidature de Martine Aubry, "Une autre femme est possible", je dirais : "une autre martine est possible" :-)  Martine Lignières-Cassou !

Oui cette Martine de Pau sait ce que veut dire ouvrir le parti et la continuation des "habitudes" du parti avec certains éléphants.

* UN maire dit socialiste qui succéde dans certaines conditions au maire André Labarrere , un des premiers soutiens à Ségolene et qui se represente avec le soutien de Sarkoko en tant que socialiste d'ouverture dit Bockel.
* Une liste MODEM pur jus avec le chef en personne, François Bayrou
* Une liste de gauche ménee par cette autre Martine députée socialiste

Alors que dire des faits de la liste PS/Modem à Lille.

Que dire de l'ouverture aux mondes associatifs, syndicalistes , bénévoles et sympatisants de gauche que préconise Ségolène Royal.

Il est vrai que l'on aime bien les militants "chair à canon" , bons à coller des affiches et qui se taisent : N'est ce pas Laurence porte parole de Martine de Lille: une consultation des militants va trop stresser les militants : anxiogène dites vous!!!

Oui Ségolène , ouvre un peu les fenètres pour que nous allions à la bagarre contre un Sarkoko qui démolit notre France.



Repost 0
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 06:56
Assemblée générale de la motion E
41 rue Dourout , salle Robespierre à Talence
Ce soir, mardi à 21h




Repost 0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 16:13

17 novembre 2008 ·

Engager une rénovation radicale du PS

La motion B était notamment construite autour de deux exigences majeures :

* Devant le constat des impasses du modèle actuel de croissance, ultralibéral et productiviste, une réponse globale est nécessaire : la transformation radicale du mode de développement, prenant pleinement en compte la révolution numérique ;
* Forger les propositions politiques partagées pour engager cette transformation radicale requiert une force politique à la hauteur des enjeux, pour cela il est nécessaire d’engager une rénovation radicale de notre Parti

Jeudi 20 novembre nous sommes appelés à élire le nouveau leader du PS. Plus qu’un choix de personne, ce qui est en cause c’est d’engager la mue dont le PS a besoin.

Après avoir choisi en responsabilité de rejoindre la motion E pour participer à la construction d’une majorité au Congrès de Reims, force est de constater que celui-ci n’a pas permis de réunir les conditions de la nécessaire mutation du PS.
Le vote du 20 novembre est donc la prochaine étape pour tenter d’y parvenir. Ségolène Royal - appuyée de Vincent Peillon - nous apparaît la mieux à même d’engager cette mutation. Nous apportons notre entier soutien à sa candidature et appelons celles et ceux qui se sont reconnus dans la volonté d’engager une rénovation radicale de notre Parti à voter pour elle jeudi.

Christophe Caresche, Géraud Guibert, Eric Loiselet
Animateurs de la motion B

Repost 0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 05:33

Chèr-e-s camarades,


Au moment où la crise financière aggrave les souffrances, ici et dans le monde, la France attend les socialistes. Elle les appelle. Nous devons répondre, forts, déterminés, audacieux, vigoureux, énergiques.

La parole vous est aujourd'hui redonnée. Immense responsabilité, car c'est vous qui, par votre vote, allez forger l'unité du Parti socialiste et donc sa capacité à se faire entendre et à agir dans le tumulte.

Oui ou non voulons-nous ensemble écrire une nouvelle page de notre histoire, vibrante et populaire ?
Oui ou non voulons-nous bâtir ensemble le socialisme du XXIème siècle ?
Oui ou non, notre parti va-t-il s’ouvrir à toutes les diversités et devenir meilleur que la société qu’il prétend transformer ?
Oui ou non le peuple que j’ai vu tellement présent et attentif au cours de ces derniers mois va-t-il venir vers nous car nous aurons su lui redonner l’espoir ?

Notre avenir est à portée de main. A nous de le saisir. Nous avons les talents individuels. A nous de tisser le talent collectif.

Je veux mettre en valeur une nouvelle génération d'hommes et de femmes, de toutes origines et de tous les territoires. A nous de leur ouvrir les responsabilités et de demander aux anciennes générations d'être là et de leur transmettre l'expérience.
Vous savez que le Parti socialiste peut devenir un grand parti populaire. A nous d’accueillir toutes celles et ceux qui veulent combattre les dégâts du sarkozysme et construire un autre futur.

On nous a fait un procès intellectuellement déloyal sur la question des alliances. Pourtant notre motion est parfaitement claire : l'union de la gauche d'abord, la main tendue à tous les humanistes pour battre la droite, ensuite. Cette question sera soumise à une consultation directe des militants. Je m'y engage.

Vous savez que les jeunes des quartiers populaires et de toutes les couleurs sont massivement venus voter pour nous à l'élection présidentielle. Je les espère au Parti socialiste. A nous d'inventer de nouvelles formes de militantisme.

Les Français nous attendent. La gauche nous attend. La force d'être nous-mêmes et la force de changer dépendront de la force que par votre vote, chacune et chacun d’entre vous nous donnera jeudi prochain. Donnez-nous cette force et cette légitimité qui nous permettront de reprendre l'ouvrage, pour que tous les talents de toutes les motions se rassemblent pour combattre la droite, pour proposer et pour se faire entendre, ici, mais aussi en Europe et sur la scène internationale.

Je vous appelle toutes et tous à venir voter. Car aujourd’hui c’est vous, militantes et militants, qui détenez les clés de notre avenir commun et donc de celui de millions de citoyens qui nous attendent, parfois désespérément. C’est vous qui pouvez donner l’élan de la transformation. Alors, allons-y. Nous pouvons le faire. Nous devons le faire. Nous sommes les socialistes. Nous allons retrouver la fierté de l'être tous ensemble, unis et offensifs. Vous pouvez compter sur moi comme nous comptons sur vous.


Amitiés socialistes,


Ségolène Royal et Vincent Peillon, et toute l'équipe


www.fiersdetresocialistes.org

Repost 0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 22:14


Je voudrais mettre quand même clairement les choses au point parce que certains ne comprennent pas pourquoi je suis si conciliant avec martine Aubry...

Nous avons la volonté de rénover le parti , de nous appuyer sur les militants-citoyens pour construire l'avenir, de rendre le parti socialiste populaire et représentatif de la société et, j'ose le dire, plus fraternel. Or comme on le constate encore lors de ce congrès cela va à l'encontre de l'appareil socialiste bien installé dans ses confortables certitudes et qui entend ne pas être bousculé à l'avenir. C'est pourquoi j'appelle avec constance à une candidature crédible issue de l'appareil socialiste, légitime et capable de s'opposer médiatiquement à ségolène Royal. Je ne veux pas d'un combat déséquilibré car je suis à la recherche de la grande victoire. De la victoire nette et incontestable qui montrera que pour les militants c'est ségolène Royal.

On le constate à Reims il y a un vrai rejet de ségolène Royal par une partie de l'appareil car elle les inquiète et malgré leurs convergences programmatiques ils ne se rallieront jamais à elle. Il est même possible qu'on est à nouveau le match des 4 pour le poste de premier secrétaire. Pourquoi pas? Il faut que les militants puissent enfin trancher clairement.
Trancher entre quoi et quoi? Trancher sur les mesures socialistes à prendre pour l'avenir? On a vu avec le discours d'Aubry fermement consensuel que pas un socialiste ne pense différemment de l'autre sur le fond. Elle a énuméré tous ce que les socialistes devraient faire et proposer à l'avenir et ça fait consensus indubitablement.

Non la différence se fera sur la conception du parti et sur les personnalités. La conception du parti voulue par ségolène Royal diffère de celle des autres qui ne veulent pas l'ouverture populaire à des "supporters" et ne veulent pas consulter leurs militants sur des sujets aussi sensible qu'une alliance par exemple. Ca engage pour l'avenir. Avec ségolène Royal ce sera exactement l'inverse et le PS deviendra un parti populaire participatif jusqu'à même de décider qui sera candidat pour les représenter aux élections locales par exemple. Ainsi finit les manœuvres et les parachutages forcés. La parole aux militants!
Et puis il y a la personnalité. Et la personnalité on la découvre dans le combat politique. C'est dans les épreuves que l'on voit ceux qui savent se tenir, rester digne et ne pas insulter ses adversaires. Je crois que sur ce terrain ségolène royal est irréprochable. Elle ne balance jamais une petite phrase sur un adversaire. Et si elle a quelque chose à dire elle le dit franchement ce qui n'est pas le cas de ses futurs concurrents pour le poste de leadership.
Et puis il y a la vérité de la parole! Cela me semble la moindre des choses lorsqu'on prétend gouverner notre pays que de savoir dire la vérité aux français. Et par exemple sur les alliances j'ai admiré avec quelle fermeté elle a rappelé quelques vérités à des camarades qui la pratiquent localement et qui un jour en auront peut-être besoin pour constituer un arc républicain face au sarkozysme. Faut-il insulter l'avenir dès maintenant en faisant le contraire de ce que nous avions dit dans trois ans. Où est la cohérence et où est la crédibilité pour notre leader? Et que ségolène Royal le dise aussi clairement dans une salle de congrès chauffée à blanc par un rassemblement exclusif à gauche, c'est courageux, c'est estimable, c'est grand. Car on sait qu'elle ne se reniera pas dans l'avenir et c'est aussi pour cela qu'on la soutient.

Ce soir ségolène Royal nous a fait encore une fois honneur en nous parlant avec franchise et honnêteté. Et lorsqu'elle dit que nous serons consultés sur les alliances cela va dans le sens d'un parti participatif qui respectera vraiment ses militants. Ce courage et sa sincérité nous va droit au cœur et nous sommes fiers de la soutenir ,elle ainsi que son équipe. C'est notre motion qui est arrivé en tête et nous voyons que nous avons aucun désaccord avec les autres pour nous rassembler. Ils ont pris cette stratégie des alliances en otage pour se diviser d'avec nous. Ils ont pris les militants socialistes à témoin de leur turpitudes et de leurs hypocrisies et bien nous attendons sereinement le vote du 20 pour savoir ce que les militants choisissent pour l'avenir: la continuité des pratiques et des mensonges ou le langage courageux de la vérité qui est seul capable de transcender les consciences. Ségolène Royal cherche toujours en nous respectant à nous élever vers le haut. Et ce qu'elle veut pour nous elle le veut aussi pour l'ensemble des français. C'est pourquoi nous la soutenons avec ferveur, enthousiasme et détermination.

Par Asse42
Repost 0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 08:00
ELLE A ENVIE de se porter candidate au poste de premier secrétaire du Parti Socialiste. Elle l’a dit.



Mais une « envie » n’est pas une candidature. Et les ménages surendettés dont elle s’est montrée d’emblée solidaire ont-ils compris qu’elle était candidate à la succession de François Hollande ? Non. Après avoir annoncé qu’elle mettait sa candidature au « Frigidaire », hier elle n’a fait qu’entrouvrir la porte du Frigo. C’est que malgré ses dénégations, lorsqu’on lui a demandé si elle ne faisait pas face au vieux syndrome du TSS (Tout Sauf Ségolène), cet épouvantail a continué toute la journée à planer sur l’ex-candidate à la présidentielle.

Le Front anti-Ségolène restait suffisamment fort, chacun continuant d’observer les pas de l’autre, de telle sorte que Ségolène Royal n’a pu être aussi claire qu’elle le voulait, continuant à rechercher un accord entre les différents courants afin, malgré tout, de bâtir une majorité.

"Cet effort de rassemblement, je le ferai jusqu'au moment du dépôt des candidatures", c’est-à-dire à dimanche matin, dernier jour du congrès de Reims.

Ce qui promet un joyeux charivari pendant les trois jours du Congrès. Un Congrès face auquel celui de Rennes risque d’apparaître comme de la petite bière. Car lorsqu’elle dit avoir rencontré « Bertrand », « Martine », « Benoît » et les autres, ce n’est pas d’une bande de chouettes copains sortis d’un film de Claude Sautet qu’il s’agit, mais d’adversaires qui depuis des jours affûtent leurs couteaux.

La candidature est devenue une nouvelle arme de dissuasion. Tu sors la tienne, alors je me présente aussi.

Dans l'entourage de Jean-Marc Ayrault, patron des députés PS, on soutenait hier après-midi que si Ségolène Royal annonçait sa candidature, Martine Aubry ferait de même. Même tonalité chez les partisans de Bertrand Delanoë. D’où, cette coalition négative, très « carpes et lapins », entre des partisans de DSK, de Fabius, de Martine Aubry et, du côté de Delanoë, du vieux courant jospinien auquel s’est agrégé François Hollande.

Pourquoi Ségolène Royal leur fait-elle si peur ?

Parce qu’au fond, elle incarne un autre parti que celui que les éléphants ont toujours connu. Un parti qui serait ouvert sur l’extérieur, avec des cotisations abordables, un vrai parti d’opposition, nombreux, participatif et non plus le cercle fermé où tout se calcule au trébuchet de l’influence des divers courants. Tout plutôt que ça. Tout, y compris le suicide collectif qu’annonce en fanfare le Congrès de Reims.


Jean-Marcel Bouguereau
(le jeudi 13 novembre)




http://tempsreel.nouvelobs.com/
Repost 0