modem_pcf_80.png L'ambiance est donc chiante, et on se croirait à un congrès PCF des années 80 avec toutes ces cartes qui se lèvent: le très démocratique vote à main levée que certains centristes conchient quand il est fait dans les AG étudiantes est ici à l'oeuvre. Et comparer Bayrou à George Marchais c'est assez comique, ça me rappelle quelque chose que j'ai vu pendant la campagne présidentielle de 2007.
Bayrou a d'ailleurs expliqué que le MoDEM devait être un commando de transformation de la société française.

On se croirait dans un groupuscule gauchiste. Et comme c'est en plus la seule force de renouveau dans la vie politique française, ça calme direct. Les amis de CSP qui veulent faire un GPDELAGRQFGRRRRRRRRRRRRRR doivent donc oublier leur velléités de modernisme et les remiser au placard. il va falloir se méfier des jeunes MoDEM en chemise orange lorsqu'ils vont s'en prendre aux tenants du capitalisme financier!
François Bayrou élu président du MoDem
© PLACIDE -


Mais qu'est ce donc cette transformation de la société? Est ce la fin du capitalisme? la fin de l'appât du gain? Les lendemains qui chantent? le monde des Bisounours libéraux? Pour l'instant on ne sait rien sur ce sujet. Cela ressemble à une posture et a rien d'autre. Où est la base idéologique du Modem? Est ce la pensée rigide et libérale de St-Etienne ou celle de l'ex-vert Benhamias? Puis-je rappeler que le programme économique de Bayrou était d'inspiration libérale? (Travailler plus pour gagner plus, défiscalisation des brevets, réduction de cotisations sans effort demandé). Quoiqu'il en soit, le résultat sera curieux. Un peu comme une chimère au sens mythologique du terme.

On nage en plein flou idéologique. Les journalistes parlent même de militants venus de l'extrême gauche: Ils passent du radicalisme anti-libéral à l'adoration de la grenouille de bénitier, que dire de ces gays qui tombent en admiration devant ceux qui les vouaient au bûcher? Je ne parle pas de Bayrou, mais de son entourage. Creusez un peu le CV de vos élus, mes mignons!
modem_congrès_chiant.png
Pour les vieux militants c'est plus étrange: "Certains sénateurs se sont affiliés au MoDem par enthousiasme, d'autres parce qu'ils n'avaient nulle part où aller". Ils sont tellement perdus, qu'ils finissent dans des résultats quasi staliniens: "à l'unanimité moins deux votes contre et deux abstentions" Cette foule applaudit de manière quasi mystique, mais que font donc les 10% restants? On se le demande. Luc Mandret qui est aussi envoyé spécial d'IPOL (travailler plus pour gagner plus) doit produire un reportage sur ce congrès. Il pourra par exemple questionner les sénateurs MoDEM sur leurs votes communs avec l'UMP sur certains sujets...

Peut-être nous montrera t'il ces 10% restant, ce sont sûrement les plus intéressants. Parmi les gens sympas qu'il a rencontré doit figurer Farid Taha (j'ai de bonnes informations, je suis la GéPéOU du Web, je vous le dit ;o).


Allez, juste pour la forme la vidéo honteuse de la campagne 2007: Avouez qu'on peut se poser des questions sur ces étranges glissements sémantiques chez les néo-centristes à tendance révolutionnaire chez les militants et néo-conservatrice tendance vermeil chez les élus MoDEM.