Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 07:26

20.03.2007

La haine, la droite, Royal et les éditorialistes

 Ce lundi, j’ai écouté Radio Luxembourg. Ils ont remplacé ma regrettée Geneviève Tabouis par une émission qui s’appelle « On refait le monde ». Geneviève n’est plus là, mais à la place j’ai eu droit aux commentaires d’Alain Duhamel (est-il immortel ?) égratignant, vingt-cinq ans après, ma politique s’agissant de l'Italie et de Battisti et bien sûr Ségolène Royal. Il était accompagné dans son entreprise par une certaine Anne-Sophie Mercier, présentée par le sympathique speaker M.Poincaré, comme une femme de gauche n’aimant pas Ségolène Royal. Une de plus, me suis-je dit « in petto ». Je ne connais pas cette Anne-Sophie Mercier. Depuis dix ans, j’ai peu écouté la station, et de mon vivant, je n’étais pas un familier de la fréquentation des poissonniers se rendant à Rungis au petit matin y quérir leur marché du jour. J’ignorais donc, je le redis, l’existence de cette dame jusqu’à hier soir. Ce fût donc pour moi une découverte autant qu'un choc. Enfin bon, au bout de quelques minutes d’émission, assommé par les « analyses » du ministre du Yaka et de la harengère,  j’ai fini par me demander quand interviendrait un éditorialiste pour dire un peu de bien de Royal et de moi… Il doit bien encore exister des polémistes de sensibilité un peu socialiste dans ce pays non ? Eh bien ! Rien. Le réquisitoire a été dressé contre ma personne et Ségolène sans qu’aucune voix ne s’élève en réponse. Et on me dit que c’est comme ça tout le temps. Que les éditorialistes de « gauche » passent plus de temps à dire tout le mal qu’ils pensent de Royal plutôt que de se consacrer à gloser sur la vacuité du programme de Bayrou (heureusement que Simone Veil est toujours aussi méchante) ou les illuminations de Sarkozy, quand ils ne commettent pas des livres suintant la manipulation mercantile en compagnie de l’incroyable M.Besson.

 Il va falloir que Ségolène Royal s’y fasse. Comme moi, elle suscite une sorte de haine inextinguible, irrationnelle, entretenue à gauche comme à droite, et reposant sur un fondement commun. Nés à droite, nous sommes des traîtres parce que devenus socialistes. Voilà la vérité. Les gens de gauche nous haïssent parce que nous venons d'en face et les gens de droite nous haïssent parce que nous venons de chez eux. Nous les connaissons. Nous savons qui ils sont, ce qu’ils font. Les « gaullistes » sont devenus des « sarkozystes », mais croyez-moi, le fond est le même. La rumeur, le mensonge, la calomnie, la manipulation et la barbouzerie restent les flèches de prédilection dont ils parent leur carquois fatigué. Dans cette campagne présidentielle, les « sarkozystes » s’en donnent d’ailleurs à cœur joie. Un exemple ? L’autre jour, un opposant aux pratiques judiciaires de M.Sarkozy a eu la chance d’être invité d’une chaîne d’information câblée. La journaliste qui le recevait lui a confessé, un peu gênée, qu’invité la veille, Brice Heurtefeux, ministre de la République, proche du ministre de l'Intérieur, lui avait indiqué que si cet opposant était un défenseur des prostitués maltraitées par la politique répressive de M.Sarkozy, c’est tout simplement parce qu’il était un client assidu de ces dames. Rien de moins. Ajoutant, l’œil égrillard, et se donnant des airs de Fouché de Supermarché, qu’il savait de quoi il parlait. Sous-entendu : nous avons des renseignements généraux sur tout le monde au ministère de l’Intérieur. Cela m'a rappellé les malfaisances de Michel Debré, d'Olivier Guichard et de leurs complices à la fin de la IVe. Les mêmes méthodes. Les mêmes procédés, encore et toujours. Un autre exemple ? Bien volontiers. 

 J’ai été navré de la séparation de Claire Chazal (qui a des faux airs de Martine Carol, mais en plus godiche) avec Philippe Torreton. D’autant plus que navré que l’état-major de TF1 en est la cause. Torreton raconte à qui veut l’entendre, que les hommes de Bouygues, donc de Sarkozy, lui ont fait savoir, par l’intermédiaire de sa compagne qu’il devrait montrer un peu plus de discrétion dans la manifestation de son soutien à Ségolène Royal. Faute de quoi, certains rôles dans certaines productions télévisées ou cinématographiques auxquelles participe TF1 pourrait peut-être lui échapper. Torreton a tout envoyé balader : Sarkozy, Bouygues, Le Lay, Mougeotte et… Chazal… Et il continue de mener un beau combat pour les enfants sans-papiers d’une école du 18e arrondissement de Paris (l'école Houdon je crois). Là où ce benêt d’Enrico Macias a vendu le destin de trois enfants pour le plaisir d’un déjeuner en compagnie de Nicolas Sarkozy, Torreton, lui, résiste. Ca me plaît. Qui sait ? Après avoir incarner Jaurès, il pourrait bien interpréter mon rôle au cinéma. Ca me changera de Michel Bouquet. Et puis, on me dit que M.Giesbert du « Point » envisage de tourner un film pour France 2 sur mes années passées à Vichy. Je lui fournis ici l’idée du premier rôle de bonne grâce.

 Je m’égare. J’en reviens à mon propos initial. Tous ces éditorialistes moralisateurs, ces pamphlétaires immaculés si prompts à dénoncer nos petites turpitudes, ces procureurs de plume si vite enclins à démasquer chez Royal aujourd’hui, comme chez moi hier, les stigmates de la droite, tous ces gens ne devraient-ils pas examiner et révéler, avec le même entrain, les méthodes de la droite elle-même ? Parce que moi, après cinquante ans de vie publique, et pour parler jeune, comme croit si bien le faire ce zozo de Jean-François Copé, je peux vous le dire d’expérience : la droite, ça craint.

Lire le blog de Mitterrand

Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 12:13
Ils sont onze à de présenter contre Ségolène Royal.
Nous allons pouvoir décortiquer les onze programmes.
Pour Ségolène , vous avez le pacte présidentielle qui est là et n'a pas changé , à la différence de Bayrou (suivant les réactions médiaco-électoralistes) et de Sarko (bof c'est plutot la vente d'une savonnette).
Pour votre bonheur:
en voilà un ..07-03-20-bayrou-jose-bove.jpg.
Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 07:47
file-241617-126587.jpgL'ancien premier ministre socialiste Lionel Jospin est entré en campagne, samedi 17 mars, à Lens, où il a prôné "le vote Ségolène Royal"...mais il a surtout concentré ses critiques sur "le danger" représenté par Nicolas Sarkozy. Devant environ 400 personnes, Lionel Jospin a longuement attaqué le candidat de l'UMP et mis en garde contre les conséquences d'un vote en faveur du président de l'UDF François Bayrou.


"M. Sarkozy représente un vrai danger pour le fonctionnement normal de la République", a affirmé Lionel Jospin, qui s'exprimait dans le cadre d'une réunion de soutien aux candidats socialistes pour les prochaines élections législatives.

"LA SOLUTION, C'EST LE VOTE SOCIALISTE"

"Il est stupide et suspect de créer un ministère de l'immigration et de l'identité nationale car aucun ministère ne saurait être propriétaire de notre identité", a-t-il fait valoir. "Il est un Chirac plus jeune, aussi cynique, aussi porté aux bonnes paroles mais moins mesuré, plus fébrile et de ce fait plus inquiétant", a analysé l'an premier ministre, qui était accompagné de son ancien ministre Daniel Vaillant et entouré d'une nuée de journalistes.

Egalement sévère avec le président de l'UDF, Lionel Jospin a affirmé que "ce que propose M. Bayrou provoquerait une vraie crise politique dans notre pays". "Il est incohérent de se prévaloir du ni-droite ni-gauche et de proposer d'avoir ensemble et la droite et la gauche", a-t-il ironisé, ajoutant que François Bayrou serait dans l'impossibilité de gouverner la France sans majorité à l'Assemblée Nationale.

"La solution, c'est le vote socialiste, le vote Ségolène Royal" a lancé Lionel Jospin, qui devrait participer mercredi prochain à un meeting de soutien à la candidate socialiste dans le XVIIIe arrondissement de Paris.
Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 07:35
La candidate socialiste, invitée sur France-2 hier soir, a estimé avoir été obligée de "composer" avec les "éléphants". "Aujourd'hui, je reprends toute ma liberté", a-t-elle assuré.

 Son objectif: retrouver son image de rénovatrice. Ségolène Royal a assuré jeudi soir 14 mars qu'elle reprenait "toute sa liberté" après avoir été contrainte de "composer" avec des "éléphants" socialistes qui ont eu "un peu de mal" à la soutenir. Accusant François Bayrou de ne pas avoir de programme, elle a affirmé qu'il n'y aurait "aucune négociation" avec son rival centriste si elle était élue.
Interrogée sur le livre brûlot que sort l'ancien "chiffreur" de son programme, Eric Besson, qui a claqué la porte du PS le 21 février, elle l'a qualifié de "péripétie". "Il a du talent Eric Besson, il aurait dû parler de la France, ça aurait été plus intéressant", a regretté sur France-2 la candidate du PS, qui a semblé accuser le coup et a dit plusieurs fois qu'elle trouvait la campagne "difficile" et "très rude".

Emancipation

Ségolène Royal, qui a pris le risque de perdre une partie de son image de rénovatrice en intégrant les "éléphants" dans son équipe, s'efforce désormais de s'émanciper du PS. Jeudi soir, elle a certes reconnu qu'elle avait été "moins libre" et avait dû "composer" avec son parti. Mais "aujourd'hui je suis dans la dernière ligne droite et je reprends toute ma liberté", a-t-elle assuré. "Tout dépend de moi", a-t-elle jugé, se disant "déterminée à se faire comprendre des Français".
"Une élection présidentielle, par nature, est un lien direct entre une personne et le peuple français, ça n'est pas élection d'un parti politique et ça n'est pas une élection législative", a-t-elle martelé, reprenant à son compte la conception gaulliste des institutions. Jeudi, dans les "Echos", elle disait déjà n'être "prisonnière d'aucun dogme".
Alors qu'elle a accusé dimanche les ténors du PS de ne pas avoir "suffisamment fait bloc autour" d'elle, elle a dit "comprend(re) qu'ils aient mis du temps sur le plan humain. C'était un peu imprévu ma désignation, ce n'était pas dans les logiques du PS" et "c'est une mutation du PS". Une page refermée, selon elle: "je me tourne vers l'avenir. Tout le monde est à son poste, tout le monde est sur le terrain en train de valoriser (m)es propositions" présidentielles.

Bayrou : "pas de négociations"

Interrogée sur François Bayrou, Ségolène Royal a affirmé qu'"il n'y aura aucune négociation" avec l'UDF si elle est élue. "Je n'en ai même pas eu au PS des négociations, alors vous imaginez que je ne vais pas en avoir avec des personnes qui cherchent un peu où est la meilleure sortie!", a-t-elle lancé. "Moi je suis pour la clarté", "je ne suis pas dans des négociations d'appareil ou de personnes".
Elle a à nouveau accusé son rival UDF de ne pas avoir de programme. "A un moment, il va y avoir l'heure de vérité", a-t-elle prévenu, "j'attends son programme, nous en débattrons et les Français choisiront et je suis confiante". "Le choc des projets doit avoir lieu".
Présentant implicitement François Bayrou comme un homme seul, elle s'est dite "appuyée par une organisation politique", le PS. "C'est une chance parce que ça prépare aussi la stabilité du pouvoir pour après, dans le cadre d'une majorité parlementaire", a-t-elle observé.
"Je veux que les Français aient un vrai choix" et "qu'ils ne soient pas comme en 2002 privés de ce choix, projet contre projet, valeurs contre valeurs", a-t-elle plaidé, promettant aux Français de ne pas "instrumentaliser" leur vote.
Enfin, alors qu'on lui demandait si elle avait déjà choisi son Premier ministre, Ségolène Royal est restée mystérieuse: "j'ai plusieurs hypothèses", "vous ne serez pas déçus". (AP)

Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 10:32
07-03-14-sarkozy-lepen.jpgCela me rappelle cette phrase que Jacques Duclos , le candidat communiste des éléctions présidentielles de 69 avait exprimé pour caractériser l'élection entre un UDR bien  carré malgré sa rondeur auvergnate , Georges Pompidou et un centriste de l'ulta centre, ni de droite, ni de gauche (dixit le candidat centriste) qu'était le président du sénat Poher.
Bien que Duclos ne passait pas pour un démocrate forcené, ce communiste avait raison sous toute la ligne.
Nous sommes dans la campagne du premier tour .
Que constatons nous?
1/ la même deferlante médiaco-sondagesque : Sarko est en panne sur la gauche car Bayrou lui coupe l'herbe sous le pied et encore.
Pour l'anedocte, hier , par RER (2.10€ de trajet à l'aller, le retour en bagnole) Bayrou va porter la bonne parole dans le 93. D'aprés le Monde, ce ne fut pas riant malgré les "bonnes" images TV.
La camila journalitique se déchaine . on sonde , on sonde on sonde en n'expliquant pas que le taux d'erreur est largement de +/-4%.
2/ Regardons un peu le militant ultra centriste : les petits candidats qui n'ont pas les 500 signatures se reportent sur lui . Comme Corinne Lepage , ancien ministre de Juppé ou l'autre d'alternative libérale
3/ Bayrou repart avec les vieilles lunes. Si "on" veut créer plus d'emploi, il faut donner de l'argent aux PME/PMI. Poher le proposait en son temps avec l'assentiment du MEDEF.
Comment croire les autres MEDEF ou Parisot (patronne de l'IFOP) . Quand il parle de déduction des charges, tous les plans et rantanplans de la droite n'ont pas crée un emploi supplémentaire mais cela a amélioré les ratios de rentabilité boursière.
Examinez bien l'histoire économique récente.
De plus comme l'indiquer Ségolène, hier à TF1, 4 économistes libéraux trouvent ces mesures inopérantes.
4/ Sarko revient à ses amours. Il faut couper l'herbe à le Pen. Ségolène a raison de trouver cela ignoble.
Je me demande comme Sarko, s'il ne faudrait pas créer un mur pour entourer les Aubiers à  Bordeaux, un mur à la Cousteyre à Lacanau (encore que là????) .
C'est nul!!
C'est construire un mur de haine envers des gens qui sont en France pour des tas de raison comme crever la faim chez eux, partir pour cause de répression,  ou historique comme l'ancien empire colonial français.
Une société de haine ne perdure pas . Toute l'histoire démontre la vacuité de créer des murs entre des personnes qui vivent, travaillent , ont des enfants en France.
La richesse de la France est faite de vagues d'immigration successives. Un français sur 5 a un grand père ou une grande mère d'origine étrangère.
5/ J'apprécie la ligne droite de Ségolène . Elle a un parler vrai . Il suffit de l'entendre quand les journalistes la laissent parler et surtout qu'elle "reste droite dans ses bottes" aux questions insidieuses des journalistes.
Allez à la prochaine!
Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 11:25

 

 


Réactions : la rencontre des mille


Bon ça fait people mais comme nous nous retrouvons avec ceux qui interviennent, nous nous disons que cela vaut mieux que de soutenir le copain du futur ex-belge résidant Suisse chanteur!!

Allez à la prochaine
Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 06:52
65 Milliards d’Euros, et toujours près de 5 millions de précaires !
Les aides publiques versées aux entreprises représenteraient 4% du PIB, selon un rapport publié par le Figaro (édition du 24 janvier dernier).
Alors que le MEDEF demande plus de flexibilité dans les entreprises (sous entendu, plus de flexibilité pour mieux licencier !), ces 65 milliards représente 949 € par habitant. Le budget de l'Etat est de loin le premier contributeur, avec 57 milliards. Les collectivités locales ont versé 6 milliards et les fonds européens 335 millions. Le rapport souligne également le nombre très élevé de dispositifs, "au moins 6.000", qui souffrent parfois de "redondances" voire de "contradictions". Le Conseil d'orientation pour l'emploi avait déjà souligné en février 2006 dans un rapport au Premier ministre que les aides publiques aux entreprises constituaient un "champ vaste, mal connu" et qu'elles étaient "trop rarement évaluées".
Cette somme représente plus que le total du budget de l’Education Nationale, près de deux fois le budget de la défense, même ordre de grandeur que le budget des dépenses hospitalières. es créateurs d'entreprise peuvent prétendre à une prime d'aménagement du territoire, une aide aux demandeurs d'emploi créant une entreprise, des chèques-conseils, des subventions et avances remboursables d'Oseo-anvar ou encore un prêt à la création d'entreprise. "Tout cela est trop compliqué", juge Fabrice Henry, membre du comité directeur de l'association d'entreprises innovantes CroissancePlus. Il "craint que 80% de ces 65 milliards ne soient affectés aux grandes entreprises" au détriment des PME.
Pour nous faire avaler cette pilule, pas moins de trois corps de l’Inspection, des finances, de l’Administration et des Affaires sociales, se sont concertés pour rédiger ce document sur la demande du 1er ministre.
Et toujours 5 millions de précaires (toutes statistiques comprises : chômeurs officiels, chômeurs non compris dans le calcul de l’ANPE, stagiaires, les dispensés de recherche d’emploi (les seniors de plus de 55 ans !), etc.
Il serait peut être temps de mettre de l’ordre dans les affaires de l’Etat.

 

Repost 0
Published by La boulange - dans Campagne
commenter cet article
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 13:42
Emission de TF1: audience pour Ségolène supérieure à celle de Sarkozy, et dire que Ségolène est passée pendant les vacances scolaires!! (Pernault le présentateur de TV Sarko a "oublié" dans parler au journal de 13H)
----------

PARIS (AFP) - Ségolène Royal, invitée lundi soir de l'émission politique de TF1 "J'ai une question à vous poser", a attiré 8,91 millions de télespectateurs, contre 8,241 millions pour Nicolas Sarkozy deux semaines avant, selon les chiffres de Médiamétrie communiqués mardi par la chaîne.
L'émission a enregistré une part d'audience de 37%, a ajouté TF1.

"J'ai une question à vous poser" avec Nicolas Sarkozy comme invité avait affiché une part d'audience de 33%, le 5 février.

Vers 21H30, le nombre de téléspectateurs regardant Ségolène Royal a dépassé les 10 millions, avec un pic d'audience de 10,595 millions.

"J'ai une question à vous poser" confronte un candidat à l'élection présidentielle à un panel de 100 Français, qui posent des questions pendant environ deux heures.
Repost 0
Published by Mathieu - dans Campagne
commenter cet article
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 07:09

Et pourtant c’est bien en Français qu’elle parlait. Et c’est bien une grande politique qui s’est exprimée.

Et d’abord dans l’attitude. Parce que la politique commence d’abord par là. Comparer les deux vidéos mises à disposition par TF1 est très éclairant. Nicolas Sarkozy : partie 1, partie 2 -il manque un mouton égorgé entre ces deux parties. Ségolène Royal : partie 1, partie 2.

L’attitude corporelle : Nicolas Sarkozy derrière son pupitre, Ségolène Royal devant, tournée vers les auditeurs, traversant la salle pour approcher -et serrer l’épaule - d’un interlocuteur en détresse. Pas besoin d’épiloguer, cette image sincère mais émouvante a déjà été découpée et mise en ligne sur le site de TF1. Elle fera le tour des rédactions demain.

Le parler. Un petit tic de Ségolène Royal : beaucoup de "vous avez raison", "c’est une bonne question". Un peu répétitif à la longue. Mais que dire alors des éternels "et moi je vous dis", "moi", "je" de Nicolas Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy a accumulé les chiffres, à tel point qu’il a lui-même nourri la rumeur, fondée ou non, de l’oreillette. Il voulait montrer qu’il était au niveau, qu’il maîtrisait la situation. Ségolène Royal dans son effort de pédagogie, au contraire, a simplifié, précisé, détaillé, encouragé ses interlocuteurs.

Il faut dire qu’elle n’avait pas besoin de mettre en scène la sincérité de sa parole. le petit tract des 100 propositions trônait, bien en évidence, sur le pupitre auquel elle ne se raccrochait pas. Quand Ségolène Royal parlait de son "pacte", il était posé, là, derrière elle. Pas besoin de hausser le ton : les propositions, les arbitrages, les engagements étaient écrits.

Elle fut abordé plus directement -plus rudement parfois - que son concurrent, comme cette femme qui lui demanda si elle pensait "prête" et lui fournit l’occasion d’une réponse qui est l’un des plus beaux moments de cette campagne électorale (voir la fin de la première partie).

Et en même temps, elle eut l’occasion de mettre en évidence ("politique par la preuve") sa conviction affirmée que la politique se doit d’être "pacificatrice". Nicolas Sarkozy antagonise. il suffit de regarder les deux émissions pour s’en rendre compte. Il cherche à dominer quand Ségolène Royal cherche à convaincre. Il cherche à se poser, à s’opposer, quand Ségolène Royal défend un projet. Il cherche à séduire quand Ségolène Royal s’expose.

Et au bout d’un moment, insensiblement, la plupart des auditeurs sont entrés dans ce débat participatif. Les questions se sont faites plus sincères, plus personnelles, plus constructives... A l’exception notable d’un râleur ressemblant à s’y méprendre à un électeur d’extrême droite (tous menteurs, tous pourris, la faute aux immigrés), que Ségolène Royal essaya quand même d’entraîner dans un vrai dialogue, mais l’animal était rétif, les autres s’engagèrent.

Que restera-t-il de cette émission ? Demain, sans doute, la polémique sur les audimat commencera à la première heure. Il n’en demeurera pas moins que des millions de Français auront eu -enfin- l’occasion d’entendre Ségolène Royal en direct, et non pas à travers les commentaires acerbes de l’UMP. Il n’en demeurera pas moins non plus que les militants socialistes, un peu décontenancés par cette nouvelle manière de faire de la politique (pensez donc, commencer par écouter !), auront pu voir leur programme en action, et en retireront un regain de confiance pour leurs prochains "tractages".

Hier soir, sur TF1, il y avait non seulement un projet là où les adversaires continuent à soupeser de subtils arbitrages catégoriels... Il y avait aussi une nette différenciation des offres dans la manière d’exercer le pouvoir.


Repost 0
Published by Mathieu - dans Campagne
commenter cet article
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 10:19
Vidéo des guignols de l'info

TV Sarko ou FR2 ,n'en parleront pas

Allez à la prochaine!
Repost 0
Published by Mathieu - dans Campagne
commenter cet article