Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Compteurs

Pages lues: ype="text/javascript" src="http://www.ovnet.net/cpt/?code=5/56/7102/7/3&ID=414678637"></script>

Visiteurs:

Recherche

Texte Libre

Archives

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 07:01
Un petit article de notre camarade Ronald d'Intox2007 sur le PS, le retour....
A DA Lacanau, nous sommes toujours interessés par l'acidité des propos de Ronald ... et son absence de candeur!!
Les commentaires sont aussi bien, bien dans l'air du temps ou plutôt des propos de Ronald...
A lire et à déguster.


Et oui, c'est ce que certains ânes ont osé dire ces dernières semaines. Ils n'ont pas tord, le PS est de retour pour se prendre des claques et des coup de pelle. Ca me fait mal aux cœurs pour mes potes militants, mais là , cette journée aura été marqué par le sceau de l'imbécilité. C'est un pearl-Harbour intellectuel, l'infamie a été remplacée par l'imbécilité, et les kamikazes au comportement chevaleresque par des bouffons œuvrant dans les lucarnes plates.
(la suite)
Repost 0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 05:17

Par l'équipe de Ségolène Royal (avec AFP)

Christine Lagarde déclare aujourd'hui que "L'économie française envoie des signaux positifs".

Et pourtant depuis cette affirmation :

- Jean-Christophe Le Duigou, l'un des responsables de la CGT, affirme : "Nous sommes face à un processus de réduction massive d'emplois, qui déstabilise un tiers de l'industrie, les seniors, les jeunes, et nous sommes au bout des mécanismes qui avaient permis de gérer jusqu'ici la crise sociale, comme la chute des CDD et de l'intérim, au bout aussi du système du chômage partiel".

- Une trentaine de salariés sur les 70  de l'entreprise LST électronique à Yssingeaux occupent leur usine réclamant "le maintien des emplois et la pérennité du site" selon Nicole Hébrard, déléguée CGT.

- Le groupe automobile PSA Peugeot Citroën faisait état "de perspectives incertaines". "Nous nous attendons pour l'instant à un quatrième trimestre très difficile en termes de marché.... il y a beaucoup d'incertitudes sur le fait que les gouvernements vont poursuivre ou non les mécanismes de primes au quatrième trimestre et en 2010".

- Le secrétaire CGT du comité d'entreprise de Molex, Denis Parise, déclare : "La session de négociations n'a pas permis d'avancer. Nous sommes ressortis avec rien. C'est pareil chez Continental, c'est dégoûtant. Ca fait six mois qu'il y a entrave au CE. Ouvrier chez Molex depuis 20 ans, Patrick Fregolent indique : "C'est notre usine, c'est notre vie. Nous avons 45 ans de moyenne d'âge, qu'est ce qui va se passer ? En nous enlevant le travail, on nous supprime de vivre. On est passés pour des criminels, on a été humiliés". Une banderole, sur un cercueil noir de quatre mètres de haut frappé d'une croix blanche dressé contre un mur de l'usine clame : "Messieurs les pontes de Molex, nous voulons vivre".

- Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait baisser de 3 % cette année avant de rebondir de 0,4 % en 2010, a indiqué mercredi le Fonds monétaire international (FMI), qui ne tablait précédemment que sur une baisse de 1, 9% du PIB en 2009.

- Entre 200 et 300 personnes se sont rassemblées mercredi sur le site d'Arkema Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence) pour protester contre les menaces qui pèsent sur cette usine chimique et le projet associé Silpro (Silicium de Provence). "Nous n'avons pas l'intention de laisser mourir notre territoire", ont scandé les manifestants parmi lesquels des syndicalistes, des habitants, des sous-traitants et une trentaine d'élus locaux portant leurs écharpes tricolores.

- Xavier Mathieu, délégué CGT de l'usine Continental déclare : "On est partis dans un système où on n'a plus que 28 jours pour vivre. On demande à l'Etat (...) qu'il soit garant de l'application de tout ce qui sera dit et signé sur le protocole. Nous, on veut que Continental suspende la procédure de fermeture de l'usine pendant trois mois, le temps des négociations (tripartites). Ils peuvent dire : "vous ne serez pas floués, vous aurez des primes (de licenciement) conséquentes", qu'ils le prouvent, qu'ils suspendent le plan social, après on verra. A chaque fois qu'on demande quelque chose, le directeur (de l'usine de Clairoix, Louis Forzy; ndlr) prend son téléphone et s'isole dans une pièce pour consulter le directeur du groupe. Nous, on veut discuter avec le mec qui est au bout du fil, pas avec des pantins".

- La branche du transport et d'autres secteurs comptant de nombreuses petites et moyennes entreprises (PME) vivent un véritable "plan social silencieux", a jugé mercredi sur BFM la vice-présidente de l'assurance-chômage, Annie Thomas (CFDT). "Même si on parle beaucoup de plans sociaux très médiatisés où les salariés et les organisations syndicales ont la capacité de faire entendre leur voix, n'oublions pas les plans sociaux silencieux qui touchent des milliers de PME et PMI", a-t-elle dit. "C'est essentiellement de là que viennent ces personnes qui perdent leur emploi", a-t-elle ajouté, citant le secteur du transport qui compte "beaucoup plus de PME" que l'industrie, et vit "un plan social silencieux".

- Annie Thomas, vice-présidente (CFDT) de l'assurance chômage, s'est dite frappée par "la brutalité des chiffres" d'inscription au chômage (+80 000 en catégorie A en février, après +100 400 en janvier). "Certainement que le mois de mars ne sera pas non plus très bon", qualifiant la crise du marché de l'emploi d'"inédite" et "qui révèle des évolutions dénoncées dans le passé, la multiplication de l'intérim et des CDD". "Nous prévoyons que ce sera rude et difficile", "probablement le déficit (de l'Unedic) va se creuser" et "il faudra peut-être aussi se tourner vers l'Etat pour avoir sa garantie en termes d'emprunt", a-t-elle ajouté. "Il faudra en passer par l'emprunt car les besoins vont être très importants", et si actuellement l'Unedic bénéficie de conditions d'emprunt avantageuses "à très bas taux", "nous ne pourrons pas arriver à franchir cette étape-là comme ça", sous-entendu sans la garantie de l'Etat.

Nous ne nous réjouissons évidemment pas de cette avalanche de mauvaises nouvelles, nous espérons simplement que le gouverment ouvre les yeux, ne mente pas et agisse.

Repost 0
22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 06:56

 


Les organisations syndicales de retraités CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FO, FGR-Fonction publique, Unsa ont tenue ce mardi une conférence presse dans laquelle elles ont appellé les retraités et pensionnés manifester “en force” le 1er mai pour exiger notamment la revalorisation des pensions.

Ces organisations fustigent la trop faible revalorisation décidée par le gouvernement pour le 1er avril et ont demandé par ailleurs un effet rétroactif de l’augmentation du 1er avril au 1er janvier. Elles ont également pointé les promesses non tenues de Nicolas Sarkozy.

sources : cgt.fr
Repost 0
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 06:47


C’est la question que l’on peut se poser à la lumière de l’un de ses textes et que l’on peut trouver dans toutes les bonnes librairies.

Pourtant la question peut surprendre.

Autant on peut qualifier des auteurs comme Jules Vernes, ou Georges Orwell de visionnaires, autant la question peut sembler inadaptée, concernant Victor Hugo.

Bien sur, chacun n’ignore pas que le célèbre écrivain aimait à faire tourner les tables, et « communiquer avec les esprits », mais de là à le qualifier de visionnaire…

Mais voyons de plus près ce texte.

« Que peut-il ? Tout ! Qu’a-t-il fait ? Rien !

Avec cette pleine puissance, en huit mois, un homme de génie eût changé la face de la France. De l’Europe, peut-être.

Seulement voilà, il a pris la France et n’en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets »

Un Président omniprésent, touche à tout, qui court tout le temps ? On commence à avoir une petite idée, non ?

Ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; C’est le mouvement perpétuel ; mais hélas ! Cette roue tourne à vide ».

Des décrets pour passer en force, il n’est pas le seul à s’en servir, mais cette façon de « donner le change pour cacher sa nullité », c’est plutôt bien vu. Mais continuons la lecture.

« L’homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère, est un carriériste avantageux.

Princesse étrangère ? étrangère oui, mais princesse ? Je ne le savais pas.

« Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l’argent, l’agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort ».

Le brouillard commence à se lever sur cet inconnu : les paillettes, ce qui brille, l’argent…. Mais allons un peu plus loin.

« Il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse.

Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit, et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve pas quelque surprise.

A ce point du texte, on peut avoir quelques doutes en ce qui concerne « le succés », mais si vous pensez à la même personne que moi, il n’est même pas à mi-mandat, et il lui reste donc un peu de temps pour donner raison à la vision hugolienne..

 Continuons la découverte du texte :

« On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l’insulte et la bafoue ! »

Personne n’a oublié le « casse toi pauv’con », ni les promesses non tenues, à Gandranges ou ailleurs, l’invective aux lèvres à l’adresse des marins pêcheurs, ou évoquant la « racaille de la banlieue, qu’il veut nettoyer au karcher ».

Le texte écrit par Hugo semble bien celui d’un visionnaire, pourtant je ne ferai pas languir plus longtemps le lecteur, car la réponse à la question posée en titre de l’article est NON

Ce texte n’évoque pas celui auquel vous pensiez.

Il provient d’un livre réédité chez Acte Sud et son titre est : « Napoléon le petit » dont l’auteur est bien sur Victor Hugo.

Dans ses « Mémoires d’outre tombe », il a cette phrase sur Napoléon qui marque une autre convergence :

« Il se complaisait dans l’humiliation de tout ceux qu’il avait abattu, son arrogance égalait son bonheur ; il croyait paraître d’autant plus grand qu’il abaissait les autres. Jaloux de ses généraux, il les accusait de ses propres fautes, car pour lui, il ne pouvait jamais avoir failli »

Le 30 mai 2007, j’avais évoqué cette convergence dans un article paru sur le net « Napoléon Sarkozy », voir lien suivi par d’autres rédacteurs de blogs, et le livre d’Alain Duhamel (la marche consulaire/janvier 2009).

Dans cet article j’avais évoqué d’autres similitudes : « impossible n’est pas français » de Napoléon, a fait place au slogan de campagne sarkozien : « ensemble tout devient possible ».

Espérons pour le Prez que les ressemblances en resteront là, car mourir empoisonné, exilé sur une île, n’est pas une fin très glorieuse, et qu’elles s’arrêteront là pour nous aussi, car les Français ne souhaiteraient sûrement pas connaître à nouveau les 2,5 millions de morts des guerres napoléoniennes.

Comme disait un vieil ami africain :

« Quand les éléphants se battent, c’est toujours l’herbe qui est écrasée ».

par olivier cabanel (son site)
Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 06:23


Julien Coupat, 34 ans, est incarcéré depuis le 11 novembre 2008 (100 jours) alors même que les charges retenues contre lui semblent très minces. Mais la qualification de "terroriste" empêche l’accès au dossier et donc de se prononcer sur le fond. Sauf que cette qualification apparaît plus qu’abusive en l’espèce : un caténaire éventuellement arraché…

Avec la qualification retenue, les droits de la défense sont mis aux oubliettes. La garde à vue peut durer jusqu’à 96 heures, voire 144 heures en cas de "menace imminente", le gardé à vue n’ayant droit à s’entretenir avec son avocat qu’au bout de la 72e heure.

Le gouvernement a semble-t-il choisit d’utiliser cette affaire pour alimenter un climat de peur, faisant ainsi oublier son impuissance face à la crise sociale qui monte. Cette instrumentalisation se joue du sort des concitoyens et n’est pas digne d’une démocratie.

Dans le même temps, Nicolas Sarkozy propose de dépénaliser le droit pénal des affaires et maintient la justice à distance de ses amis financièrement ou politiquement puissants.

Les affaires Dray, Coupat, Balkany, ou encore les instrumentalisations démagogiques du moindre fait divers, dans un sens ou un autre, prennent souvent une tonalité politique qui dérange. Ici, la "rupture" sarkozyste apparaît surtout comme une rupture avec une justice indépendante et garantissant les même droits pour tous…

 

 

Jean-Louis Blanco revient sur ce truc zombi judiciaire ou plutot je (pour certains magistrats un peu bas du sommet) fais ce que disent MAM et Sarkoko... Et dire que Marchiani un comdamné reçoit la grâce (onction? bénédicté?) pestitentielle;

Oui jean-Louis , 2 poids, 2 mesures

voir le site de Tarnac

Repost 0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 05:45

Par Rue89

Ils n'ont pu boucler leur reportage avant ce vendredi après-midi, mais le résultat est bluffant. L'agence 360 Ouest, dont Rue89 reprend régulièrement les travaux, a produit un webreportage mêlant photographies panoramiques, sons, vidéos et photos. L'ensemble permet une immersion totale au sein des cortèges rennais et marseillais.

Cliquez ici pour voir le web reportage de 360 Ouest
Cliquez ici pour voir le web reportage de 360 Ouest
Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 06:25
Le dernier rapport annuel de l’Observatoire national de la délinquance le révèle : le nombre d’agressions physiques est très largement sous-estimé en France.

Fondée sur une vaste étude réalisée pendant deux ans auprès de 22 000 personnes, l’enquête de l’Observatoire évoque plus de 1 400 000 faits de délinquance en 2007, pour seulement 273 000 plaintes auprès des services de police et de gendarmerie.

Pire, elle indique que les violences physiques ont augmenté ces deux dernières années, contrairement à ce qui apparaît dans les statistiques officielles du ministère de l’Intérieur, toujours très médiatisées (-11% depuis 2002).

Certes, nous sentions bien que les chiffres officiels ne reflétaient pas la réalité. La délinquance était déjà censée diminuer depuis 3 ans en 2005 quand se produisirent les émeutes généralisées d’octobre et novembre.
Des faits divers de plus en plus violents sont sans cesse répertoriés. Encore tout récemment, dans le Vaucluse, on brûlait le drapeau français sous les yeux des policiers. Les bagarres entre bandes se multiplient, et atteignent désormais le centre de nos grandes villes.

Mais cette fois-ci, avec le rapport de l’Observatoire national de la délinquance, le doute n’est plus permis : l’insécurité ne recule pas. Au contraire, elle prospère.


Alors d’où vient ce décalage entre réalité alarmante et chiffres rassurants ?

1. En premier lieu, d’une culture de la manipulation des chiffres, très forte en France depuis plusieurs années. Les statistiques du ministère de l’Intérieur sont à l’évidence bidonnées. Et elles le sont tout particulièrement depuis 2002 et l’arrivée place Beauvau de Nicolas Sarkozy, qui avait fait de la lutte contre la délinquance son fonds de commerce.
2002, miracle, correspond justement à l’amorce de la baisse dans les statistiques, alors que dans le même temps les effectifs de la police et de la gendarmerie commençaient leur lente mais sûre décrue...

La manipulation des chiffres ne se limite d’ailleurs pas à l’insécurité. On vient encore d’en avoir une preuve flagrante concernant le taux de croissance de l’économie au dernier trimestre. Comment expliquer que les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie soient en récession, alors que la France, seule, ne l’est pas, à 0,14% près selon Madame Lagarde ?...
Peut-être tout simplement parce que ces pays n’ont pas la chance d’avoir l’INSEE...Ce même INSEE qui il y a quelques années nous assurait, sur commande évidente du pouvoir politique, que l’inflation n’existait pas en France et que l’euro n’avait pas entraîné de hausses des prix.

==> Pour des raisons électorales et politiques, on a donc sciemment construit une fausse réalité de la délinquance, qui craque aujourd’hui de toutes parts.


2. Deuxième explication de ce décalage, plus technique mais soulignée par de nombreuses études, la mise en place depuis quelques années d’"indicateurs de performance" et "d’objectifs et valeurs-cibles" dans les services de police et de gendarmerie.
Dépend de l’atteinte ou pas de ces objectifs le niveau des primes de performance que touchent désormais les différents directeurs d’administration du ministère de l’Intérieur. En résumé, bons chiffres = du beurre dans les épinards.

Ces objectifs et indicateurs figurent noir sur blanc dans un document présenté chaque année au mois de juin au Parlement, les "Projets annuels de performance". Il est nécessaire de s’y plonger pour comprendre les mécanismes de manipulation des chiffres.

L’un de ces indicateurs s’intitule : "Nombre de crimes et de délits constatés". Le document précise qu’"il doit évoluer à la baisse".
Tout cela n’est que bon sens. Aucune politique ne vise l’augmentation du nombre de crimes et de délits constatés...

Sauf que ce mécanisme est extrêmement pervers dans la mesure où il se focalise sur les "crimes et délits constatés", et qu’une dégradation des statistiques se traduit très prosaïquement par l’absence de prime de performance pour les chefs de service.
L’objectif, on le comprend aisément, est dans ce contexte d’inciter les victimes à ne pas porter plainte.

==> Ce mécanisme n’est pas la résultante d’une trop grande naïveté du pouvoir politique qui l’a mis en place. Ses conséquences avaient été pesées, et voulues. A la clé, ce qui était recherché était la baisse de la délinquance, dans les statistiques.


Le sentiment de progression de l’insécurité n’est donc pas un fantasme.
Quand on y réfléchit, rien d’ailleurs ne pourrait expliquer une baisse de la délinquance. Le nombre de policiers et de gendarmes a déjà été fortement réduit. La tendance s’accélérera encore avec la "Révision générale des politiques publiques".
Les problèmes liées à l’immigration et aux banlieues n’ont pas été traités à la racine.
Dans ce contexte, une diminution de l’insécurité aurait relevé du miracle.
Et les miracles sont malheureusement très rares.

Voyons désormais comment les grands médias réagiront aux révélations de l’Observatoire de la délinquance. Continueront-ils à passer sous silence la plupart des événements dramatiques que connaissent chaque jour les multiples zones de non-droit de notre pays ? Continueront-ils de nous faire croire que le problème de l’insécurité est réglé depuis 2002 ?

http://www.levraidebat.com
Repost 0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 07:00


Brice Hortefeux a de quoi enrager. Un juge a suspendu son appel d'offre pour l'assistance aux étrangers détenus dans les centres de rétention. Mais ministre de l'Identité Nationale a également de quoi se réjouir. La même semaine, les 27 Etats membres de l'Union Européenne ont adopté un "Pacte Européen pour l’immigration et l’asile."

Hortefeux veut taire la critique intérieure
Le discours libéral lui sied bien. Depuis le début, le ministre explique qu'il n'aime pas les monopoles pour justifier sa démarche. En l'occurence, celui de la CIMADE, seule association jusqu'à présent habilitée. Aucun journaliste n'a alors demandé au ministre pourquoi son appel d'offre prévoyait des monopoles "locaux."

Brice Hortefeux avait en effet conçu son appel d'offre pour éparpiller l'assistance aux étrangers sur 8 zones géographiques, avec interdiction pour une même association de traiter plus de deux zones; il avait précisé que les associations retenues seraient soumises à un devoir de confidentialité et de réserve (« le titulaire s'engage à respecter une stricte neutralité au regard des situations individuelles rencontrées, que ce soit dans ses publications, ses communications publiques(...) » Et en cas de non respect de la neutralité, « l'administration peut résilier le marché sans indemnité »). L'objectif était simple et clair: museler les critiques et réduire le droit des étrangers à une défense.

"Au nom du peuple français" (suivant la formule consacrée), le juge des référés au Tribunal de Paris a, le 14 octobre dernier, "enjoint le Ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité Nationale et du Développement Solidaire de différer la signature" des contrats "relatifs au marché de service d'appui aux pouvoirs publics destiné à l'information des étrangers maintenus dans les centres de rétention administrative." Les associations (CIMADE, GISTI, Ligue des Droits de l'Homme, ADDE, Réseau ELENA) ont gagné une première bataille, mais certainement pas la guerre. Le juge a reproché au ministre d'empêcher des associations de postuler ensemble et de limiter la défense des étrangers à leur simple information. Plus largement, la CIMADE et neuf autres associations ont déposé un recours devant le Conseil d'Etat contre cet appel d'offre.

Récemment, on apprenait qu'un collectif associé à l'UMP, dont le Président est chargé de mission auprès de Brice Hortefeux (sic !) s'était porté candidat...

Hortefeux fait des compromis à l'extérieur
Jeudi 16 octobre, c'était son grand jour. Le Figaro exulte.

Voilà un homme qui a le sentiment de revenir de loin. Brice Hortefeux assiste jeudi, lors du Conseil européen de Bruxelles, à la signature par les 27 chefs d'État et de gouvernement du «pacte européen sur l'immigration et l'asile», qu'il a négocié avec ses homologues. «C'est la première démonstration d'une volonté commune et d'une vision d'ensemble en matière d'immigration, se félicite le fidèle de Nicolas Sarkozy. Avec ce pacte, l'Europe agit sur un sujet concret.»
Brice Hortefeux a dû effectivement négocié. Le texte a dû être remanié sous la pression de l'Espagne et de plusieurs pays scandinaves. En particulier, les Espagnols ont obtenu le retrait de l'obligation de contrat d'intégration aux candidats à l'immigration et de l'interdiction des régularisations massives d'immigrés illégaux.

Hortefeux a convaincu 5 pays Africains
Cinq pays africains ont déjà adhéré au traité français, proposant un quota d'immigrés par métier : la Tunisie, le Congo Brazzaville, le Sénégal, le Bénin, et le Gabon ont accepté l'immigration ethnique proposé par la France. Le site Afrik.com est très critique sur ce pillage de cerveaux acheté par la SarkoFrance :
Les accords proposent plusieurs dispositions comme « des visas de circulation » -visas de court séjour- qui ne sont applicables qu’à des personnes hautement qualifiées et qui intéressent la France : hommes d’affaires, sportifs de haut niveau, artistes.
Les « cartes compétences et talents » sont aussi proposés. La délivrance de ces cartes est soumise à un quota annuel : 3 ans renouvelable 1 fois. Seuls le Congo Brazzaville et le Bénin auront droit à 150 cartes par an. Ce nombre est très limité. En ce qui concerne l’immigration du travail, « des cartes de séjour temporaires » sont attribuées pour certains métiers qui sont listés dans les accords. Cette liste extrêmement restrictive ne concerne que des emplois qualifiés et participe à la fuite des cerveaux, une catastrophe pour l’Afrique.
Les 3 et 4 novembre prochain, Brice Hortefeux organise une conférence européenne sur l'immigration ... à Vichy. Il a récemment dit qu'il en avait marre qu'on ressasse le 'mauvais" passé de l'ancienne capitale de la France de Pétain.

On le comprend.

Lire aussi:

Repost 0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 04:36
Repost 0
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 11:14

 

Déficit public en fonction du PIB :


Source : Wikipédia (cliquez pour agrandir)

Repost 0